AfriqueSantéSanté-Sciences-HistoireVedette - La UNE

Coronavirus en Afrique, 30 pays touchés et des mesures drastiques

Le continent africain a été touché plus tard que les autres mais il n’est pas épargné. La plupart des pays ont cependant fermé leurs frontières et leurs aéroports afin de freiner la circulation du virus.

Partie d’Asie, la pandémie de coronavirus s’est étendue progressivement à tous les continents, l’Afrique étant le dernier affecté. Ces derniers jours, le nombre de pays africains touchés a rapidement augmenté. À la date du mardi 17 mars, on recensait 450 cas de malades infectés par le Covid-19, répartis entre 30 pays sur un total de 54.

Face à cette progression, beaucoup ont adopté des mesures drastiques, frontières fermées, liaisons aériennes suspendues, afin de ralentir l’épidémie. Bien que rompus à lutter contre d’autres maladies comme Ebola, la plupart ont des systèmes de santé fragiles, qu’il s’agit de préserver.

Comment l’épidémie a progressé
Des experts se sont un temps interrogés sur l’arrivée tardive du virus sur le sol africain, se demandant s’il ne s’était pas répandu sans être détecté. L’Égypte a enregistré le premier cas du continent, le 14 février. Début mars, il n’en comptait que deux autres, en Algérie et au Nigeria.

Depuis, le virus s’est propagé, et les pays les plus affectés se trouvent en Afrique du Nord, où se concentrent les 10 victimes du Covid-19 sur le continent. À elle seule, l’Égypte compte 166 cas et quatre victimes. L’Algérie dénombrait jeudi 17 mars quatre morts pour 60 cas. Les deux autres victimes ont été enregistrées au Soudan et au Maroc.

L’Afrique du Sud recense désormais 62 cas et le virus s’y transmet désormais localement. En Afrique de l’Est, 20 cas ont été comptabilisés dans six pays, dont l’Éthiopie et le Kenya par où transitent de nombreux passagers. En Afrique de l’Ouest, le Sénégal est le plus durement touché avec 27 cas.

Le Cameroun compte cinq nouveaux cas à Yaoundé, sur un total de dix malades confirmés. Les deux premiers ont été recensés le 6 mars : un Français de 58 ans revenu de France le 24 février et une Camerounaise « qui avait été en contact avec lui ».

Le Liberia, déjà durement frappé par l’épidémie de fièvre Ebola qui a fait plus de 11.000 morts en Afrique de l’Ouest entre décembre 2013 et mi-2016, a découvert un premier cas sur un responsable revenu de Suisse vendredi.

Des frontières et des aéroports fermés
Qu’ils aient ou non enregistré des cas de contamination, de nombreux pays africains ont pris des mesures drastiques pour protéger leur population. S’ils ont adopté en priorité des restrictions en matière de transport aérien, c’est parce que les premiers cas enregistrés sur plusieurs territoires – Kenya, Somalie, Sénégal, Nigeria, Afrique du Sud – étaient des voyageurs revenant par avion d’un pays infecté.

La Tunisie a fermé ses frontières aériennes et terrestres. L’Égypte ferme ses aéroports jeudi. L’Algérie suspend mardi ses liaisons avec la France et jeudi avec le reste de l’Europe. La Mauritanie suspend le trafic aérien international. Le Sénégal suspend ses liaisons aériennes avec la France, l’Italie et cinq autres pays d’Europe et d’Afrique du Nord.

Le Maroc a suspendu tous les vols internationaux « jusqu’à nouvel ordre », à l’exception d’avions spéciaux autorisés à rapatrier les touristes européens bloqués. La Somalie, sitôt recensé son premier cas, a interdit au départ et à l’arrivée tous les vols internationaux, exceptés à caractère humanitaire.

Certains pays très peu touchés par l’épidémie prennent néanmoins des mesures drastiques. Le Tchad, où aucun cas n’est répertorié, a fermé ses aéroports. Il avait, avant l’épidémie de coronavirus, déjà fermé ses frontières terrestres avec le Soudan et la Centrafrique.

Le Gabon, avec un seul cas confirmé à ce jour, a fermé ses frontières terrestres sauf pour les marchandises, mis en quarantaine les passagers en provenance des zones touchées par l’épidémie, Chine et Europe incluses, fermé toutes les crèches et établissements scolaires ou universitaires, fermé les restaurants, bars, boîtes de nuit, et interdit tout rassemblement de plus de 30 personnes. La Guinée Équatoriale, pour un seul cas déclaré, a pris des mesures plus restrictives encore.

D’autres pays d’Afrique ont pris des mesures ciblées en fonction des destinations. Le Sénégal et Madagascar ont suspendu les liaisons aériennes avec sept pays d’Europe et du Moyen orient. D’autres comme l’Afrique du Sud, le Kenya, le Ghana ou la Côte d’Ivoire interdisent l’entrée aux étrangers ou aux résidents venant d’un pays à risque. Le Togo a également suspendu certaines lignes aériennes ainsi que les rassemblements de plus de 100 personnes.

Partout en Afrique, le tourisme est touché par ces restrictions sur le transport aérien, mais aussi maritime : Madagascar, le Sénégal, les Seychelles et Maurice ont interdit aux bateaux de croisière d’accoster chez eux.

Écoles fermées, rassemblements interdits, festivals et compétitions annulées
Au moins 13 pays ont fermé tous leurs établissements scolaires, de la maternelle à l’université, ou s’apprêtent à le faire. C’est le cas notamment au Kenya, au Maroc, en Égypte, au Sénégal, en Afrique du Sud ou encore en Côte d’Ivoire. Conséquence : au Kenya, par exemple, où le télétravail est fortement encouragé, de nombreux habitants de la capitale sont partis se réfugier en province.

S’agissant des rassemblements religieux, au Sénégal, les confréries musulmanes ont suspendu les rassemblements prévus en mars. En Tunisie, les autorités ont suspendu jusqu’à nouvel ordre les prières collectives, y compris le vendredi.

Les restrictions touchent aussi les événements culturels. Les festivals musicaux AfrikaBurn en Afrique du Sud et Bushfire au Eswatini ont été reportés à l’année prochaine. Le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), organisé chaque année à Abidjan par le célèbre groupe ivoirien Magic System, prévu à la mi-avril, a aussi été reporté.

Les grandes compétitions sportives sont perturbées sur tout le continent. L’Afrique du sud, le Ghana et le Maroc ont suspendu leur championnat de football. La Tunisie le maintient mais à huis clos.

Le Super Rugby, championnat de rugby à XV de l’hémisphère sud, les quatre équipes sud-africaines engagées pourraient s’affronter entre elles, et leurs concurrentes australiennes et néo-zélandaises faire de même chez elles. Les Jaguares, seule équipe d’Argentine, pourraient s’installer en Afrique du Sud.

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 468

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *