PolitiqueSociété

Birahim Seck « Ces échanges entre Yakham Mbaye et Moustapha Cissé Lô engagent la responsabilité première du chef de l’état

A travers une lettre ouverte, le Coordonnateur du Forum civil, Birahim Seck, s’est indigné de l’escalade verbale à laquelle se livrent Yakham Mbaye et Moustapha Cissé Lô.

Selon le coordonnateur du Forum Civil, les « échanges » entre ces deux responsables du pouvoir, « sur fond de profonde mauvaise gouvernance du secteur agricole, engagent la responsabilité première du chef de l’Etat et de ses ministres en charge de l’agriculture qui se sont succédé ».

M. Seck en veut pour preuve la déclaration du 9 octobre 2018 que le Forum Civil avait adressée au Gouvernement, lui demandant de publier la liste des « grands producteurs bénéficiaires des différents mécanismes de subventions sur les intrants (engrais, semences, matériels agricoles) et de faire une évaluation exhaustive des ressources allouées à l’équipement rural, aux semences et autres intrants ».

Il ajoute également que « le 31 mars 2019, les sections Forum Civil du bassin arachidier (Boulel, Mbirkilane, Kaffrine, Malem Hodar, Koungheul; Fatick, Foundiougne, Gossas; Kahone, Kaolack, Guinguineo), après avoir diagnostiqué la situation du monde rural, avaient fait à nouveau des recommandations au Gouvernement : assurer une plus grande transparence dans le processus de réception et de distribution des semences et des intrants agricoles ; assurer aux paysans des semences de qualité ; encourager les paysans à participer aux coopératives agricoles ; garantir une meilleure sélection et un meilleur contrôle des acteurs intervenant dans le secteur (gérants de Secco, délégués de quartier, chefs de village etc.) ; renforcer la présence de la société civile dans le processus ; mettre en adéquation les lieux de distribution et la domiciliation des bénéficiaires; assurer plus de transparence dans le processus d’attribution des agréments et protéger les paysans contre les racheteurs véreux présents tout au long du processus de distribution etc. ».

D’après Birahim Seck, donc, « réduire ce débat à deux personnes revient à être complice de la mal gouvernance dans le secteur de l’agriculture ».

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 292

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *