Changement ClimatiqueCôte d'IvoireVedette - La UNE

Alassane Ouattara appelle à une accélération des décisions de l’Accord de Paris à la 15e conférence de la COP15

La 15ème Conférence des parties (COP15) de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification et la sècheresse (CNULC) s’est ouverte lundi à Abidjan.

« Terres. Vie. Patrimoine : D’un monde précaire vers un avenir prospère », c’est sur ce thème que les 5 000 délégués et 1 000 experts présents à la COP 15 plancheront durant les deux prochaines semaines.

La restauration des terres et relance économique post-pandémique ; la résilience aux sécheresses ; le rôle de la jeunesse dans la gestion du foncier ; l’impact des modes de production et de consommation sur la gestion des terres ; et le genre et la sécurité alimentaire constituent des thématiques qui seront abordées durant les travaux.

À l’ouverture du sommet des Chefs d’Etat, le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a appelé à une accélération des décisions majeures de l’Accord de Paris sur le climat, pris lors de la COP21, afin de lutter efficacement contre l’avancée du désert et réduire les effets du changement climatique. « Agissons vite, agissons ensemble pour donner vie à nos terres », a-t-il déclaré.

Aux pays développés, le Président Ouattara a réitéré son appel à réduire davantage leurs émissions de gaz à effet de serre et à tenir l’engagement à mobiliser les 100 milliards de dollars par an, afin d’aider les pays en développement à conduire leur adaptation aux changements climatiques et leur transition énergétique.

Alassane Ouattara a félicité le Fonds monétaire international (FMI) pour la mise en place du Fonds fiduciaire sur la durabilité en vue d’aider les pays vulnérables à faire face aux défis structurels qui présentent des risques macroéconomiques tels que les changements climatiques et les pandémies.

Sur cette base, le Président ivoirien a invité les pays donateurs, dans un élan de solidarité internationale, à contribuer financièrement, à ce fonds fiduciaire du FMI, ainsi qu’au Fonds Vert pour le climat des Nations unies et au Fonds pour l’environnement mondial.

En réponse aux défis de la sécheresse et de la restauration des terres, Ouattara a annoncé que la Côte d’Ivoire a élaboré un important programme, dénommé « L’Initiative d’Abidjan » ou « Abidjan Legacy Program », dont la vocation est d’intégrer dans ses stratégies de développement les approches de gestion durable des sols et de restauration de nos écosystèmes forestiers fortement dégradés.

Le président de la commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a souligné, pour sa part, que l’UA a pris des initiatives telles que la mise en place du projet “la grande muraille verte du Sahel et du Sahara”, afin de restaurer les terres, créer les richesses et renforcer la coexistence pacifique entre pasteurs et agriculteurs.

Il préconise d’aller à la reconquête de « notre espace par des initiatives », afin de redonner vie aux immenses espaces dégradés dans le continent.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 167

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *