ContributionTribune

Stade Assane Diouf: Nous citoyens de Dakar-Plateau et de Dakar

Nous leaders de partis politiques de l’opposition sénégalaise,
Nous acteurs de la société civile,
Nous représentants du collectif René Sanchez,
Nous initiateurs de la plateforme Dakar-Plateau Biniu Beug,

Nous responsables associatifs et culturels, exigeons le respect scrupuleux des engagements souscrits par le président de la République, lors du conseil des ministres décentralisé à Dakar en 2016, concernant la restitution et la restauration du stade Assane Diouf, à la jeunesse dakaroise.

En effet, nous avons appris par voie de presse l’adoption de l’acte de vente conclu entre l’état du Sénégal et la société ACCI SARL, (acte de vente : loi 9464 du 22/08/1994 /décret : 95737 du 31/07/95 et vendu le 4/12/2020 par l’Etat du Sénégal à la SACI SARL), et ce pour la modique somme de 85 520 000 millions de francs.

Quid alors du maire fantôme de Dakar-plateau ? Ce maire ; sans aucune vision sportive, et qui vocifère urbi et orbi un excédent budgétaire de 13 milliards CFA, annonçant par ailleurs avoir débloqué 7 milliards pour la reconstruction du marché Sandaga.

Alors même que la triste réalité locale nous renvoie des faits assez têtus !
En effet le maire Alioune Ndoye après plus de dix ans à la tête de la Commune de Dakar Plateau ; et alors même qu’il avait fait en 2009 de la question du Stade Assane Diouf son cheval de bataille politique, a choisi dès son élection de trahir (en habitué du reniement) toute la composante des populations de Dakar Plateau, parmi lesquelles, d’importantes franges de ceux qui l’ont élu, en faisant le profil bas afin de préserver sa juteuse situation de prébende dans le pouvoir.

Mais que le maire Alioune Ndoye, se le tienne pour dit : les populations de Dakar Plateau ne sont pas dupes ! Nous fustigeons la nébuleuse et les mics-macs autour du stade visant à spolier un patrimoine commun et l’acharnement contre les populations, surtout la jeunesse de leur droit absolu à une pratique sportive.

Par ailleurs est-il besoin de rappeler la figure emblématique d’Assane Diouf (né le 02 juin 1912 à Conakry et décédé le 24 septembre 1963 à Dakar. Non, le champion ne doit pas mourir une deuxième fois) ? Il fût un immense boxeur plusieurs fois champion de France des poids moyens et des poids mi- lourds. Assane Diouf, est également un ancien soldat qui a participé à la bataille de France en 1939, il a été fait prisonnier et libéré en décembre 1940.

Nous appelons la jeunesse du Dakar Plateau, les sportifs et anciennes gloires, les associations Sandial, Diamono, Sfax, Niayes Tiocker, l’Asc Khandalou de la Medina, ainsi que la société civile et tous les citoyens de Dakar ; soucieux de la défense de leur mémoire, leur patrimoine et ce cœur battant de la nation qu’est la jeunesse! À se dresser debout comme un seul homme pour arrêter cette forfaiture.

Ensemble nous disons:
Non à la spoliation patrimoniale,
Non au viol mémoriel,
Non au bradage du Stade Assane Diouf,
Non au mensonge d’état sur le Stade Assane Diouf,
Non au piétinement de la jeunesse.

Ont signé la présente tribune : -Collectif René Sanchez, Pape Cheikh Niang, Dakar-Plateau Biniu Beug, Abdou Aziz Diop, Parti démocratique sénégalais (Pds), Hawa Abdoul Ba, Abdou Khadre Gaye (Ong Emad), Book Guis-Guis, Moussa Diakhate, Taxawu-Dakar Plateau, Pape Diouf conseiller municipal, Pastef, Alpha Nabe, Urv/Guem Sa Bopp, Mohamed Diallo, Republique des Valeurs, Alioune Badara Tabane, Pass, Djibril Sylla, Pur, Abdou Aziz Ndiaye, Moussa Ndiaye juriste ACT, El Hadj Fall, Bess Du Niak, Mame Fagueye Diop conseillère municipale, Jengu Tabax, Diey- naba Diallo, Pvd, Assane Bissichi, Cheikh Ahmedd Tidiane Sall, Conseiller Municipal

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 97

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *