Faits divers

Samba Niang alias Papy, libéré par le tribunal des flagrants délits après la plainte de Baïdy Agne

Samba Anoun Niang alias Papy a comparu hier à l’audience des flagrants délits du tribunal de grande instance de Dakar. Le champion de golf du Sénégal répondait du délit d’injures publiques commises par le biais d’un moyen de communication électronique à l’encontre du président de la fédération de golf, Baidy Agne, qu’il a traité d’ivrogne, et du secrétaire général, Sidy Guèye, qualifié de larbin et d’escroc sur sa page Facebook.

Le maître des poursuites avait requis deux mois de prison ferme. Finalement, le tribunal a relaxé le champion de golf du Sénégal. Au grand soulagement de la grande majorité de nos compatriotes !

Attrait hier à la barre du tribunal des flagrants délits, le champion du Sénégal de golf, Samba Anoun Niang, a nié les faits qui lui sont reprochés par les parties civiles Baïdy Agne et Sidy Guèye, arguant qu’il a été accusé à tort dans cette affaire. Des propos qui n’ont pas convaincu le tribunal compte tenu des captures d’écran déposées par le plaignant.

En effet, à travers une publication sur Facebook, le prévenu traitait le président de la fédération sénégalaise de golf, Baïdy Agne, d’ « ivrogne » et les autres membres de cette fédération de « larbins » et d’ « escrocs ».

Les faits pour lesquels le champion du Sénégal de golf est poursuivi, remontent à la date du 17 novembre dernier au King Fahd lors de la cérémonie de remise de trophées aux lauréats de l’Open de golf au Sénégal.

Samba Anoun Niang voulant faire un discours, les organisateurs lui ont arraché le micro en lui faisant savoir que ceci est impossible compte tenu du protocole établi. Le mis en cause aurait alors commencé à insulter le président de la fédération de golf, Baïdy Agne et les autres membres de la fédération.

« Quand je me suis présenté pour mon discours, il s’est mis à s’attaquer à moi et m’a coupé la parole. Il a arraché le micro, j’ai résisté et il y a eu une altercation » s’est défendu le prévenu. Cette situation avait créé un incident qui avait occasionné l’arrêt de la cérémonie qui a repris 15 minutes plus tard.

Dans la soirée, l’accusé a relaté l’incident à travers une publication sur sa page Facebook. Interpellé sur ce post, le prévenu a soutenu avoir réagi sous le coup de la colère pour relater ce qui s’est passé en 2014 quand la Fédération lui a demandé de faire une fausse facture. Son refus avait alors été sanctionné par une suspension. « Cette publication sur Facebook rejaillit sur l’image du Sénégal. Vous êtes un champion et ambassadeur du Sénégal » a sermonné le juge. quant au conseil de la partie civile, il a déclaré que Baïdy Agne s’est désisté de sa plainte.

Le golfeur professionnel avait traité Baïdy Agne d’«ivrogne»
Dans son réquisitoire, le procureur a estimé que les faits sont constants. « C’est le prévenu qui dit que le président de la fédération sénégalaise de golf, Baidy Agne, était ivre S’il est un gentleman, il devait reconnaître les faits d’injures publiques » a fait savoir le maitre des poursuites tout en requérant deux mois de prison ferme contre le prévenu.

Quant à la défense, elle a souligné qu’il n’y a pas d’injures. Elle rappelle que la plainte date du 17 novembre dernier et que l’interpellation de son client est illégale et sa détention arbitraire.

Pour Me Demba Ciré Bathily, la loi a été violée. « L’arrestation est illégale et la détention arbitraire. La justice ne doit pas faire de différence entre le faible et le fort ou le fortuné et le pauvre.

Le tribunal des flagrants délits ne peut pas statuer sur l’injure publique », a plaidé Me Moussa Sarr. « Ce sont des imputations qui peuvent être prouvées.

Le prévenu a dénoncé l’histoire de l’escroquerie de la Fédération sénégalaise de Golf. Ces propos sont précis. Il n’y a pas d’injures dans ce dossier. Le sport est un lieu démocratique par excellence et on ne peut empêcher une personne de critiquer. On ne peut pas développer un pays en condamnant nos champions », a déclaré Me Domingo Dieng.

En conclusion, la défense a plaidé la relaxe du prévenu des fins de la poursuite sans peine ni dépens. Finalement, le tribunal a relaxé le prévenu Samba Niang dit Papy des fins de la poursuite et le secrétaire général de la fédération sénégalaise de golf, El Hadj Sidy Guèye a été débouté de sa constitution de partie civile.

Mamadou SY

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 119

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *