InternationalTürkiyeTurquie

Recep Tayyip Erdogan revendique la victoire et reste le maître de la Turquie

L’indéboulonnable Recep Tayyip Erdogan a revendiqué dimanche la victoire à la présidentielle, qui le laisse maître de la Turquie pour cinq années supplémentaires.

Juché sur un bus devant son domicile d’Istanbul, sur la rive asiatique du Bosphore, le chef de l’Etat, 69 ans dont 20 pouvoir, a pris la parole devant une mer de drapeaux rouges brandis par une foule enthousiaste.

« Notre nation nous a confié la responsabilité de gouverner le pays pour les cinq prochaines années », a-t-il lancé, au terme d’une élection qui l’a contraint pour la première fois à un second tour.

Selon les résultats portant sur plus de 98% des bulletins, publiés par l’agence officielle Anadolu, le chef de l’Etat a obtenu 52,1% des suffrages contre 47,9% à son rival social-démocrate Kemal Kiliçdaroglu qui, à 74 ans, a perdu le pari de l’alternance et de la « démocratie apaisée » qu’il promettait.

Des rassemblements spontanés se sont formés partout dans les villes où le « Reis » a triomphé, en particulier au coeur de l’Anatolie.

Ni le désir de changement et d’ouverture d’une partie de l’électorat, ni l’inflation sévère qui mine la Turquie, ni les restrictions aux libertés et l’hyperprésidentialisation d’un pouvoir qui a envoyé des dizaines de milliers d’opposants derrière les barreaux ou en exil, n’ont pesé face au désir de sécurité et de stabilité qui s’était déjà exprimé au premier tour du scrutin.

50.000 morts
Pas même les conséquences du terrible du séisme de février (au moins 50.000 morts et 3 millions de déplacés) dans onze provinces du sud du pays, qui ont largement reconduit le chef de l’Etat.

Le parti du président Erdogan, l’AKP islamo-conservateur, sur lequel il a bâti son accession au pouvoir suprême, a perdu des sièges au Parlement mais conserve sa majorité avec ses alliés.

Kemal Kiliçdaroglu encaisse quant à lui une défaite de plus, malgré une campagne qui prenait le contrepied de celle du président en promettant le « retour du printemps » face aux invectives.

Considéré par beaucoup, y compris au sein de l’opposition, comme un candidat terne et sans charisme, M. Kiliçadaroglu, qui emmenait une coalition de six partis, avait fini par imposer sa marque, des coeurs avec les doigts lors de ses meetings et une faconde posée de « demokrat dede », un « papy démocrate ».

Mais il n’a pas su imposer l’économie ni la crise dans le débat électoral et s’apprête, comme il l’avait promis, à « retourner s’occuper de ses petits-enfants ».

« C’est la bonne personne; j’attends d’Erdogan qu’il continue d’apporter de bonnes choses chose au pays et d’abord qu’il redresse l’économie », espérait Nisa Sivaslioglu, 17 ans, en se précipitant vers le gigantesque palais présidentiel à Ankara où le nouveau vainqueur était attendu dans la nuit.

Visage fatigué, se déplaçant avec lenteur, Recep Tayyip Erdogan, avait voté à la mi-journée dans son quartier d’Usküdar à Istanbul: une foule enjouée l’y attendait, à laquelle les gardes du corps ont distribué des jouets tandis que le président glissait quelques billets de banque à des enfants.

Presque simultanément, tout sourire malgré les pronostics défavorables, Kemal Kiliçdaroglu déposait son bulletin à Ankara en incitant ses concitoyens à voter « pour se débarrasser d’un gouvernement autoritaire ».

Le camp Erdogan n’a eu de cesse de qualifier l’opposition emmenée par Kiliçdaroglu de « terroriste » en raison du soutien que lui ont apporté les responsables du parti pro-kurde HDP.

Les personnes interrogées par l’AFP dans les files d’attente des bureaux de vote ont témoigné de la polarisation du pays après ces semaines de campagne.

Campagne difficile
A Ankara, Mehmet Emin Ayaz, chef d’entreprise de 64 ans, estimait « important de conserver ce qui a été acquis au cours des vingt dernières années en Turquie » sous l’ère Erdogan. A l’opposé, Aysen Gunday, retraitée de 61 ans, voulait faire de ce scrutin « un référendum » contre le président et a choisi Kemal Kiliçdaroglu.

Faute d’accès aux grands médias et surtout aux chaînes de télévision officielles, Kemal Kiliçdaroglu a bataillé sur Twitter quand ses partisans tentaient de remobiliser les électeurs par du porte-à-porte dans les grandes villes.

Face à cet homme discret d’obédience alévie, une branche de l’islam jugée hérétique par les sunnites rigoristes, Recep Tayyip Erdogan a multiplié les meetings, s’appuyant sur les transformations qu’il a su apporter au pays depuis son accession au pouvoir comme Premier ministre en 2003.

Sa réélection intervient dix ans jour pour jour après le début des grandes manifestations de « Gezi » qui s’étaient répandues dans tout le pays et avaient été sévèrement réprimées.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 310

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *