AnalysePolitiqueVedette - La UNE

Procès à haut risque ce mardi 23 mai à Dakar pour Ousmane Sonko

Après un premier report d’audience la semaine dernière, le procès pour viols du principal opposant politique au président sénégalais Macky Sall Ousmane Sonko s’ouvre ce mardi 23 mai à Dakar dans un contexte de forte tension.

Depuis plus de deux ans, le feuilleton politico-judiciaire « Sweet Beauty », du nom du salon de massage que fréquentait régulièrement le leader de l’opposition Ousmane Sonko à Dakar et où Adji Raby Sarr, ancienne employée, l’accuse de viols, tient en haleine et divise le Sénégal.

Le député, dont l’immunité parlementaire a été levée, est inculpé et placé sous contrôle judiciaire depuis le 8 mars 2022 pour « viols répétés et menaces de mort ». Après un premier report, le 16 mai, à la demande du président de la chambre criminelle du tribunal de Dakar, le procès doit débuter ce mardi 23 mai.

Écoles fermées
Cette nouvelle audience s’ouvre dans un climat tendu, entretenu par le flou persistant autour de la candidature du président Macky Sall à un troisième mandat en février 2024. Depuis plusieurs semaines, Ousmane Sonko s’est retiré dans sa résidence de Ziguinchor (en Casamance), ville dont il est le maire depuis février 2022. Le 15 mai, la rumeur de son interpellation avait mobilisé ses partisans et une garde rapprochée avait aussitôt dressé des barricades autour de son domicile.

La semaine passée a également été émaillée d’affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants à Ziguinchor, ainsi qu’à Dakar et sa banlieue. Trois personnes, dont un policier heurté par un véhicule des forces de sécurité, sont décédées.

Le 19 mai, les écoles de la région de Ziguinchor ont fermé leurs portes pour une semaine, tandis que les sections étudiantes du parti des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef), dirigé par Ousmane Sonko, ont décrété une grève générale à compter du lundi 22 mai.

Une jeunesse séduite
Les rendez-vous judiciaires impliquant Ousmane Sonko provoquent régulièrement une montée des tensions et des débordements dans le pays. En mars 2022, son arrestation sur le chemin du tribunal dans le cadre de l’affaire « Sweet Beauty » avait provoqué des émeutes, causant le décès de 14 personnes et d’importants saccages dans le pays.

Après son absence lors de la précédente audience, la venue d’Ousmane Sonko au tribunal ce mardi 23 mai reste incertaine. Le principal opposant politique a déclaré ne plus vouloir répondre aux convocations judiciaires, défiant une institution qu’il juge «instrumentalisée par le pouvoir » et affirmant que sa sécurité n’était pas assurée.

Arrivé troisième lors de la présidentielle de 2019, Ousmane Sonko tient un discours patriotique, anticorruption et contre les élites au pouvoir qui séduit largement la jeunesse.

Depuis le début, le président du Pastef nie les accusations et dénonce un complot politique du pouvoir pour l’empêcher de se présenter à la présidentielle de février 2024. Il risque jusqu’à vingt ans d’emprisonnement et la perte de son éligibilité. Ousmane Sonko a déjà été condamné le 8 mai dernier à six mois de prison avec sursis pour diffamation à l’encontre du ministre Mame Mbaye Niang. Il s’est pourvu en cassation.

Clémence Cluzel 

Articles Similaires

1 sur 249

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *