Presse

Pressions politiques sur les médias et propagande accrue, s’inquiète Reporters Sans Frontières

Les pressions politiques sur la presse augmentent dans le monde alors que la moitié de la planète vote cette année, alerte Reporters sans frontières (RSF) dans son classement 2024 publié vendredi à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

La Norvège reste en tête de ce 22e classement de la liberté de la presse, tandis que l’Erythrée arrive en dernière position, 180e, après la Corée du Nord (177e) les deux années précédentes.

La France passe de la 24e à la 21e place par un effet mécanique, alors que les indicateurs du pays « stagnent », relève auprès de l’AFP Anne Bocandé, directrice éditoriale de l’ONG de défense des journalistes.

Globalement, les conditions d’exercice du journalisme sont mauvaises dans les trois quarts des pays.

L’ONG dénonce en particulier l' »absence manifeste de volonté politique de la communauté internationale à faire appliquer les principes de protection des journalistes » à Gaza. Plus de 100 reporters palestiniens ont été tués par l’armée israélienne, dont au moins 22 dans l’exercice de leurs fonctions, rappelle RSF.

Plus largement, cette édition 2024 met en exergue une moindre protection du journalisme par les Etats, quand ce n’est pas un rôle actif de ceux-ci dans la désinformation.

De son côté, l’Unesco s’est penchée sur le sort des journalistes traitant des questions environnementales: 70% d’entre eux dans 129 pays indiquent avoir été victimes de menaces, de pressions ou d’attaques, selon une étude publiée vendredi.

Reporters sans frontières pointe « une détérioration préoccupante du soutien et du respect de l’autonomie des médias », alors que « 2024 est la plus grande année électorale de l’histoire mondiale ».

Près de la moitié de la population est concernée par au moins un scrutin, de l’Inde aux Etats-Unis en passant par les élections européennes, ce qui laisse présager de nouvelles « pressions très fortes ».

Prédateurs revendiqués »
En Argentine (66e, -26 places), le nouveau président ultra-libéral Javier Milei a annoncé en mars la fermeture de l’agence de presse publique Télam, qu’il accuse de « propagande ».

« La situation est particulièrement inquiétante » dans ce pays dirigé par un des « prédateurs revendiqués de la liberté de la presse », alerte l’ONG.

Au Sahel, les juntes qui ont pris le pouvoir au Niger (80e), au Burkina (86e) et au Mali (114e) « ne cessent de resserrer leur emprise sur les médias et d’entraver le travail des journalistes », estime-t-elle.

En Afrique, le Sénégal (94e) gagne 10 places par rapport à 2023 où il était classé 104e. Mais un seul pays (Zambie) sépare le Sénégal de la Zone Rouge.

La Mauritanie (33e mondial) est 1ère en terme de Liberté de presse suivie de la Namibie (34e) et de l’Afrique du Sud. L’Érythrée ferme le classement mondial (180e)

Le contrôle des réseaux sociaux et d’internet est très poussé au Vietnam (174e) et en Chine (172e), un pays qui, en plus d’emprisonner le plus grand nombre de journalistes au monde, pratique censure et surveillance.

A Hong Kong (135e), une répression accrue est à l’œuvre, sous couvert de la loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin en 2020. Le caricaturiste politique Zunzi, dont les livres et albums sont désormais interdits dans les bibliothèques publiques, a reçu, avec une dessinatrice indienne, le prix international du dessin de presse « Kofi Annan Courage in cartooning award » vendredi.

A l’est de l’Europe et en Asie centrale également, « les censures de médias se sont intensifiées, dans un mimétisme spectaculaire des actes de répression russes », observent les spécialistes de RSF, citant le Bélarus (167e), la Géorgie (103e), le Kirghizistan (120e) et l’Azerbaïdjan (164e). La Russie, où Vladimir Poutine a été réélu en mars, se classe 162e.

De plus, l’arsenal de la désinformation s’est enrichi de l’intelligence artificielle générative. En témoigne un « deepfake » audio (montage perfectionné) dont a été victime la journaliste Monika Todova en Slovaquie (29e, -12 places) avant les législatives à l’automne dernier. Un contenu qui a « clairement profité à la désinformation pro-russe qui sévit dans le pays », d’après RSF.

Ailleurs en Europe, la liberté de la presse est « éprouvée par les majorités au pouvoir en Hongrie, à Malte et en Grèce ».

Larges ingérences
Dans plus des trois quarts des pays du monde est relevée une implication régulière des acteurs politiques dans les campagnes de propagande ou de désinformation. Cette implication est qualifiée de « systématique » dans 31 pays.

Les reculs les plus importants en matière de liberté de la presse s’observent en Afghanistan sous l’empire des talibans (178e, -26 places), au Togo (113e, -43) et encore en Equateur (110e, -30).

A l’inverse, la situation s’améliore au Chili (52e, +31), au Brésil (82e, +10) et en Pologne (47e, +10). « La volonté politique peut permettre de meilleures garanties » pour les médias, souligne Anne Bocandé. L’association propose des mesures concrètes à chaque échéance électorale.

Ce classement est réalisé sur la base « d’un relevé quantitatif des exactions commises envers les journalistes » d’une part et « d’une étude qualitative » de l’autre, sur la base des réponses de centaines d’experts.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 31

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *