HaïtiInternational

Plus de 100.000 haïtiens ont fui Port-Au-Prince en une mois

Grâce à la mise en place d’une collecte de données aux stations de bus les plus utilisées, l’OIM a observé entre le 8 mars et le 9 avril, le départ de 94.821 personnes de la capitale, pour rejoindre principalement les départements du Grand Sud qui accueillaient déjà 116.000 déplacés ayant fui les mois passés, a précisé l’OIM dans un communiqué.

Le précédent chiffre faisait état de 53.000 personnes ayant fui en trois semaines entre le 8 et le 27 mars.

L’agence note que ces chiffres ne reflètent pas nécessairement la totalité des flux, certains déplacés ne passant pas par les points de collecte des données ou y passant quand les données ne peuvent pas être collectées.

Les provinces de destination « n’ont pas suffisamment d’infrastructures et les communautés hôtes n’ont pas de ressources suffisantes qui peuvent leur permettre de faire face à ces flux de déplacements massifs venant de la capitale », a commenté l’organisation.

Selon les données, la majorité (63%) des personnes ayant fui étaient déjà des déplacés internes, s’étant souvent d’abord réfugiés au sein de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Certains avaient même déjà été déplacés deux fois ou plus.

Mais l’OIM a observé un nouveau phénomène. Alors que début mars, les personnes déjà déplacées internes avaient été les premières à quitter la capitale, au fil du temps, ceux qui n’avaient pas été précédemment déplacés se décident aussi à partir.

La grande majorité (78%) des personnes interrogées dans le cadre de cette collecte de données ont indiqué quitter la capitale à cause des violences et 66% ont assuré qu’elles resteront en dehors « aussi longtemps que nécessaire ».

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 306

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *