International

Ousmane Sonko ne sera pas relâché décide le tribunal fédéral

L’ancien ministre de l’intérieur gambien Ousmane Sonko, soupçonné de crime de guerre ne sera pas libéré. Ainsi en a décidé le Tribunal fédéral ce vendredi.

Le Tribunal fédéral a confirmé une nouvelle fois le rejet d’une demande de libération de l’ancien ministre de l’intérieur gambien Ousmane Sonko. Les soupçons contre ce criminel de guerre présumé se sont intensifiés.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a interrogé des personnes amenées à fournir des renseignements et des témoins supplémentaires. Le téléphone de l’accusé a également été examiné, selon un arrêt du TF publié vendredi.

Accusé de tortures
Certains témoins accusent le Gambien d’actes de violence, de torture et d’abus sexuels. Les informations recueillies confirment également la proximité d’Ousmane Sonko avec la «National Intelligence Agency» (NIA) et l’escadron de la mort des «Junglers», tenus pour responsables de nombreux crimes.

Le MPC accuse Sonko, dans ses fonctions d’ancien chef de la police et de ministre de l’intérieur de Gambie sous le régime de Yahya Jammeh, d’être responsable entre 2006 et 2016 de tortures commises par la police, gardiens de prison et leurs sbires.

Ousmane Sonko a été arrêté à fin janvier 2017 à Lyss (BE) après une dénonciation de Trial International, une ONG établie à Genève. Le Gambien avait déposé une demande d’asile et vivait depuis quelques mois au centre fédéral de requérants de Lyss. (Arrêt 1B_375/2020 du 10.8.2020)

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 309

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *