PolitiqueVedette - La UNE

Ousmane Sonko lance un «ultimatum» au président Macky Sall

Le principal opposant au pouvoir sénégalais Ousmane Sonko a lancé ce qu’il a appelé un «ultimatum» au président Macky Sall, le sommant de libérer les personnalités arrêtées au cours d’une journée de heurts qui a fait trois morts, selon de nouvelles informations.

La capitale Dakar et la Casamance (sud) ont été vendredi le théâtre d’affrontements quand des jeunes ont défié l’interdiction de se rassembler pour protester contre l’invalidation d’une liste nationale de candidats de l’opposition aux législatives du 31 juillet.

Les médias et l’opposition ont rapporté un troisième décès, un conducteur de taxi atteint par balle à Ziguinchor, en Casamance, alors qu’il ne prenait pas part aux heurts selon eux.

«Monsieur Macky Sall, nous vous donnons un ultimatum (intimant de) libérer tous les otages politiques qui sont entre vos mains ; au-delà, nous viendrons chercher ces otages politiques, coûte ce que cela devra coûter», a dit M. Sonko dans un message publié sur sa page Facebook dans la nuit de vendredi à samedi.

Trois morts enregistrés
Des heurts entre jeunes et policiers ont fait deux morts vendredi 17 juin à Dakar et dans le sud du Sénégal, où l’escalade verbale des dernières semaines entre pouvoir et opposition a tourné à la confrontation redoutée un mois et demi avant les élections législatives.

Trois figures de l’opposition ont été arrêtées, a indiqué le porte-parole du parti Pastef, Ousseynou Ly. Le leader de l’opposition, Ousmane Sonko, et le maire de Dakar, Barthélémy Dias, autre ardent pourfendeur du président Macky Sall, ont été empêchés de sortir de chez eux par les forces de sécurité, a-t-il dit.

Différents quartiers de la capitale ont été le théâtre d’affrontements entre jeunes lançant des pierres et policiers les tenant à distance à coups de gaz lacrymogènes ou les dispersant à l’aide de grenades assourdissantes dans la fumée des pneus incendiés. En Casamance (sud), l’opposition a accusé les forces de sécurité de tirer à balles réelles.

À Dakar, un jeune homme ou une jeune femme, selon les sources, a péri quand un projectile a mis le feu dans un local où il ou elle se trouvait, a indiqué un responsable de la Croix-Rouge sous couvert d’anonymat. La presse et l’opposition ont fait état d’un deuxième décès à Bignona, en Casamance.

De nombreux Sénégalais redoutaient cette montée des tensions depuis que les autorités avaient interdit mercredi à l’opposition de manifester ce vendredi après-midi. L’opposition entendait protester contre l’invalidation d’une liste nationale de candidats pour les législatives du 31 juillet. Elle avait prévenu qu’elle passerait outre à l’interdiction.

 

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 227

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *