InternationalTechnologie-NTIC

Les États-Unis vont accorder à Samsung jusqu’à 6,4 milliards de dollars pour des usines de puces électroniques de pointe au Texas

Ces subventions doivent servir à produire des puces électroniques de pointe au Texas.

Les États-Unis vont accorder jusqu’à 6,4 milliards de dollars de subventions au géant sud-coréen Samsung pour produire des puces électroniques de pointe au Texas, a annoncé le gouvernement lundi.

«Le ministère du Commerce et Samsung Electronics ont signé un protocole d’accord préliminaire accordant jusqu’à 6,4 milliards de dollars de financement direct» de nouvelles usines, selon un communiqué du ministère. Samsung devrait investir «plus de 40 milliards de dollars dans la région dans les années qui viennent» permettant ainsi la «création de plus de 20.000 emplois», a ajouté le ministère.

Décidés à réduire leur dépendance à ces composants indispensables dans la course aux nouvelles technologies, les États-Unis multiplient les initiatives de ce type.

L’accord conclu avec Samsung va «sceller le rôle central du Texas» dans l’industrie des semi-conducteurs aux États-Unis, s’est félicité le président américain Joe Biden dans un communiqué. «Ces installations vont soutenir la production de certaines des puces les plus puissantes au monde, qui sont essentielles pour des technologies comme l’intelligence artificielle et vont renforcer la sécurité nationale», a ajouté le communiqué.

D’après le dernier accord, Samsung va également étendre ses installations existantes au Texas, a précisé le ministère du Commerce. En plus de cette expansion, «nous allons renforcer l’écosystème local en matière de semi-conducteurs» aux États-Unis, selon Kyung Kye-hyun, co-PDG de Samsung Electronics, cité par le communiqué du ministère américain. Lundi dernier, le géant taïwanais des semiconducteurs TSMC a ainsi annoncé la construction d’une troisième usine en Arizona (ouest), portant son investissement total à 65 milliards de dollars.

Cette annonce s’appuyait sur un accord préliminaire avec le ministère du Commerce, lié à une grande loi d’investissement dans les technologies, le «Chips and Science Act». Selon cet accord, l’entreprise recevra jusqu’à 6,6 milliards de dollars de financements directs et pourra bénéficier de 5 milliards supplémentaires sous forme de prêts.

Le «Chips and Science Act», qui date de l’été 2022, prévoit 52,7 milliards de dollars pour relancer la production de semi-conducteurs aux États-Unis, avec l’idée que l’argent public serve de tremplin pour des investissements privés.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 357

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *