PolitiqueVedette - La UNE

Les analystes politiques doutent de l’efficacité des mega-meeting de la mouvance présidentielle

Le constat est que la mouvance présidentielle a engagé une grande opération de séduction de l’électorat depuis la levée de l’état de catastrophe sanitaire doublé de la brise d’apaisement qui a soufflé après les émeutes de début mars.

En effet, aussi bien dans la capitale qu’à l’intérieur du pays, des méga-meetings ont été organisés par les pro-Macky, pour, disent-ils, démontrer que leur mentor est toujours le préféré des populations qui voient en lui l’incarnation des solutions à leurs multiples difficultés.

Cependant, des analystes politiques émettent des avis contraires à cette conviction des responsables et militants de Benno Bokk Yakaar. Selon nos interlocuteurs, ces rassemblements politiques ne sont pas un cadre pour répondre aux exigences des Sénégalais. Mieux, avec les extravagances constatées lors de ces meetings, dans un contexte de chômage aigu des jeunes et une crise sanitaire sévère, ces rassemblements ne peuvent que nuire à l’image des responsables Bby et à celle de leur mentor en premier.

Les multiples sorties politiques de la mouvance présidentielle pour séduire les populations ne produiront pas les effets escomptés. C’est la conviction de l’enseignant-chercheur en sciences politiques à l’Université Gaston Berger de Saint Louis, Moussa Diaw. En effet, sans mettre de gants, le spécialiste des questions politiques au regard du contexte de crise politico-économique, liée à l’affaire Sonko-Adji Sarr, « les Sénégalais n’ont toujours pas un reçu un discours rassurant cohérent et qui met en valeur leurs préoccupations quotidiennes ».

A l’entendre analyser le phénomène des méga meetings de Benno Bokk Yakaar, Pr Moussa Diaw sert une très mauvaise note au régime qui, à travers des rencontres politiques de différents formats, tente de faire croire aux Sénégalais que le poids électoral du président Macky Sall « est resté intact ».

A en croire notre interlocuteur, la stratégie de riposte politique après les événements malheureux de début mars a été maladroite puisque les tenants du pouvoir ont tenu « des discours qui ne répondent pas du tout aux attentes des populations, mais plutôt des discours purement politiques ou plutôt politiciens qui n’emballent pas les Sénégalais qui sont toujours au même niveau de vie ».

Pr Diaw se focalise sur le meeting tenu au Grand théâtre où l’on se croirait en période de campagne électorale et au cours duquel tous les propos tendaient « à présenter le président Macky Sall comme celui qui incarne l’espoir du peuple sénégalais, celui que nous devrons suivre au doigt et à l’œil alors qu’en vérité les populations sénégalaises, notamment les jeunes, ont d’autres préoccupations restées insolubles jusqu’ici ».

PR MOUSSA DIAW ENSEIGNANT CHERCHEUR À L’UGB : « Ces meetings et autres rencontres de Bby ne serviront à rien puisque…»

L’enseignant-chercheur estime que ces grands événements politiques ne sont organisés que pour asseoir une probable victoire de BBY aux prochaines élections. Mieux, ajoute-til, « ces responsables politiques de Bby ont occulté les messages de la jeunesse lancés au chef de l’Etat lors des émeutes récentes.

Ce qui veut dire que ces meetings et autres rencontres ne serviront à rien politiquement puisque les paramètres de la jeunesse et ceux des populations en général ont été relégués au second plan car il n’y a pas eu de solutions concrètes aux souffrances des Sénégalais ».

Parlant de la sortie présidentielle du 03 Avril, il soutient que « ce discours qui n’est pas audible s’explique par des effets d’annonces, loin d’une politique économique murie à court et à long termes, surtout que les jeunes continuent à croire qu’ils n’ont et ne seront pas impliqués dans quoi que ce soit ».

Selon Pr Moussa Diaw, les jeunes sans emplois croient dur comme fer que, en plus de la sortie du chef de l’Etat Macky Sall promettant une enveloppe de 350 milliards, les sorties politiques de Bby sont assimilables à des promesses non tenues encore qu’elles sont vides.

IBRAHIMA BAKHOUM : « Les meetings ne sont pas un cadre pour créer de l’emploi… Ce n’est pas la meilleure réponse aux préoccupations des sénégalais»
Pour le journaliste et formateur Ibrahima Bakhoum, ce qu’il y a lieu de comprendre à travers ces rassemblements de la mouvance présidentielle, c’est que les personnes qui y participent ne sont pas en réalité de vrais militants mais plutôt « des gens payés à raison de 5000 frs pour habiller les rencontres ».

Donc, selon ce vétéran de la presse, ces meetings ne servent à rien d’autre qu’à « changer l’impression que les Sénégalais ont déjà du régime, traduite par les émeutes ayant éclaté dans l’affaire Sonko-Adji Sarr ». En d’autres termes, Ibrahima Bakhoum pense que l’objectif principal de ces rassemblements politiques de la mouvance présidentielle est d’essayer de convaincre les Sénégalais que, malgré les événements tragiques survenus le mois dernier, le président Macky Sall est toujours dans le cœur des Sénégalais.

D’après notre interlocuteur, même si cela est une stratégie qu’on leur concède, il n’en demeure pas moins que, à ses yeux, « même Macky sait que ces meetings ne traduisent pas son poids électoral, mais juste un pas pour tourner la page des émeutes. SSans quoi, il lui sera difficile de prospérer en politique prochainement en ce sens que la perception d’un échec du pouvoir va définir le choix du peuple dans les prochaines échéances électorales ».

C’est d’ailleurs, selon Ibrahima Bakhoum, ce qui donne un caractère purement politicien à ces manifestations politiques. Par contre, estime-t-il, par rapport aux préoccupations des Sénégalais, « les meetings ne sont pas la meilleure réponse de Macky Sall qui dit avoir compris le message lancé lors des émeutes.

Par conséquent, il devrait poser des actes forts comme un remaniement du gouvernement avec de nouvelles têtes pour dire aux populations que « puisque vous n’avez pas été satisfaits des résultats de mes politiques, je nomme d’autres personnes pour régler vos problèmes puisque les meetings ne sont pas un cadre pour créer de l’emploi… ».

Bakhoum est aussi d’avis qu’à travers ces meetings, les responsables à la base veulent démontrer, en vue des élections locales, que le camp du pouvoir est toujours présent même si, relativise-t-il, « cela ne saurait suffire pour remporter des élections ».

PAPE DIAKHATE, ANALYSTE POLITIQUE : « Avec les extravagances constatées lors des meetings, dans un contexte de chômage aigu des jeunes et d’une crise sanitaire sévère, ces rendez vous politiques n’ont fait que nuire à l’image des organisateurs et à celle de leur mentor »
A en croire l’analyste politique Pape Diakhaté, ces rencontres politiques ne sont que des astuces politiciennes qui ne sont d’aucune utilité pour le président Macky Sall. Si l’on se fie à ses explications, en voulant ameuter les populations dans le but de les ranger du coté du régime suite aux émeutes, les responsables politiques de Bby ont finalement joué un mauvais tour à leur mentor.

En effet, explique-t-il, « avec les extravagances constatées lors des meetings, dans un contexte de chômage aigu des jeunes et d’une crise sanitaire, ces rendez-vous politiques n’ont fait que nuire à l’image des organisateurs et à celle de leur mentor ».

Selon Pape Diakhaté, au moment où les Sénégalais s’attendaient à des réponses claires à leurs préoccupations, voilà que les pro-Macky leur démontrent qu’ils sont animés par des intérêts crypto-personnels purement politiciens qui rament à contre courant de ce que les populations espèrent de leurs gouvernants.

Rien de nouveau sous le soleil, d’après notre interlocuteur qui estime que ces sorties répétées des leaders de Bby « ne garantiront qu’un essai visuel aux allures de tape-à-l’œil, avec comme toile de fond plusieurs millions de nos francs gaspillés comme d’habitude pour satisfaire la clientèle politique »…

Alioune Badara DIALLO

Articles Similaires

1 sur 241

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *