HumanitaireSolidarité

Le souhait d’Hervé Clabon réalisé: Un puits à Ndiaganiao

Au moment de son décès, Hervé Clabon avait demandé : « Des dons pour la construction d’un puits au Sénégal seront préférés aux fleurs réservées à la famille. »

Le Monsieur avait écrit lui-même son avis d’obsèques, que le fin mot de l’histoire ne lui échappe pas. Le souci du détail ! Avec humour, Hervé Clabon disait au revoir à tout le monde début septembre 2018, tirait sa révérence et proposait : « Des dons pour la construction d’un puits au Sénégal seront préférés aux fleurs réservées à la famille. »

Dont acte. Il y eut des dons que Joëlle Salaün, sa compagne, a récolté. « Hervé avait lancé l’histoire du puits au Sénégal dès février 2017. Depuis 2011, nous étions allés à Mbour plusieurs fois. Nous avions fait la rencontre d’un ami et de son village, Ndiaganiao. Dans ce village, il y avait une mare creusée, où les femmes venaient quatre à cinq fois dans la journée pour prendre de l’eau », témoigne Joëlle Salaün.

Le couple trouve un puisatier, nommé Badou. Celui-ci a étudié le projet. « Il s’agissait de creuser pour trouver de l’eau non saumâtre. Hervé ne souhaitait pas non plus que le puits soit creusé sur un terrain privé, mais sur terrain public » indique Joëlle.

Après le décès d’Hervé, elle reprend contact avec le puisatier, au début du mois de décembre 2018. « Ils ont commencé à creuser à la pioche le 24 décembre.

Le 31 décembre, ils ont trouvé de l’eau à sept mètres de profondeur. »

Ensuite, par cylindres de mortier successifs, les maçons ont bâti la structure du puits. Durant le chantier, l’équipe d’ouvriers a été logée et nourrie au village.

Sur la margelle, les habitants ont nommé le puits phonétiquement « Ervé et Jowell », ce qui ajoute un brin de poésie à l’histoire.

Le village de Ndiaganiao est peuplé de Sérères, une des plus anciennes populations de la Sénégambie.

En nombre, c’est la troisième ethnie du Sénégal, après les Wolofs et les Peuls.

« Les projets continuent » ajoute Joëlle Salaün. « Sans doute allons-nous prendre le temps de créer une association pour les porter. »

Christian GOUEROU avec Ouest-France

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 25

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *