InternationalMarocVedette - La UNE

Le séisme le plus meurtrier au Maroc, le bilan fait près de 2900 morts

Vendredi soir, le séisme le plus meurtrier dans le royaume depuis plus de soixante ans a fait près de 2900 morts et dévasté des villages entiers de maisons en terre ou en argile dans une zone montagneuse du haut-Atlas, où les éboulements ont encore rendu difficile l’accès aux villages sinistrés.

Les secouristes marocains, appuyés par des équipes étrangères, tentent d’accélérer les recherches pour retrouver d’éventuels survivants et fournir des abris à des centaines de familles qui ont perdu leur maison. Mais dans certaines zones isolées, les habitants affirment être abandonnés à leur sort.

«Nous devons nous assurer d’éviter une deuxième vague de catastrophes et c’est pourquoi, en ce moment précis, nous soutenons les communautés marocaines (…). Cela comprend la santé, le logement, l’accès à l’eau potable et à la nourriture», a indiqué Caroline Holt, soulignant les risques de maladies d’origines hydriques. Le Maroc a pour l’instant accepté les offres de quatre pays d’envoyer des équipes de recherche et sauvetage: l’Espagne, la Grande-Bretagne, le Qatar et les Émirats arabes unis.

Les Nations unies «prêtes à apporter leur soutien»
Mardi, Caroline Holt n’a pas critiqué le refus du Maroc de ne pas accepter l’aide d’autres pays, soulignant qu’il s’agit d’un événement d’une ampleur considérable.

«Je pense que le gouvernement marocain prend des mesures prudentes avant d’accepter des offres bilatérales de soutien de la part de gouvernements et qu’il se concentre sur les opérations de recherche et sauvetage avant que cette fenêtre ne se referme, ce qui ne manquera pas d’arriver dans les heures à venir», a-t-elle relevé.

«La coordination et un examen minutieux de la situation à ce moment précis sont essentiels», a-t-elle insisté, expliquant qu’il ne fallait pas introduire «davantage de chaos dans un scénario déjà chaotique». Présent à ses côtés lors du point de presse, un porte-parole de l’ONU, Rolando Gomez, a pour sa part indiqué que les Nations unies «sont prêtes à apporter leur soutien» au Maroc.

«Bien sûr, nous n’avons pas de capacités de mener des opérations de recherche et sauvetage. Mais nous avons la capacité de coordonner, nous avons la capacité de coordonner l’aide humanitaire indispensable dans ces circonstances très complexes», a-t-il insisté.

Pour sa part, une porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que 41 tonnes d’aide médicale d’urgence, principalement des moyens pour la chirurgie d’urgence, devraient être envoyés sous peu au Maroc à partir de la base de l’OMS à Dubaï.

Des secouristes espagnols étaient présents lundi
Dimanche soir, le Maroc a annoncé avoir accepté les offres de quatre pays d’envoyer des équipes de recherche et sauvetage: l’Espagne, le Royaume-Uni, le Qatar et les Émirats arabes unis. Selon des correspondants de l’AFP, des secouristes espagnols étaient présents lundi dans deux localités frappées par le séisme au sud de Marrakech, Talat Nyaqoub et Amizmiz.

«La grande difficulté réside dans les zones éloignées et difficiles d’accès comme ici, mais les blessés sont héliportés», a déclaré à l’AFP la cheffe de l’équipe espagnole, Annika Coll.

«C’est difficile à dire si les chances de trouver des survivants s’amoindrissent car par exemple en Turquie (frappée par un très violent séisme en février), nous avons réussi à trouver une femme vivante après six jours et demi. Il y a toujours de l’espoir», a-t-elle ajouté. «Il est aussi important de retrouver les corps sans vie car les familles doivent savoir et faire le deuil».

Le séisme a atteint une magnitude 7 selon le Centre marocain pour la recherche scientifique et technique (6,8 selon le service sismologique américain). Il est le plus puissant à avoir jamais été mesuré au Maroc.

Le séisme est le plus meurtrier dans le royaume depuis celui qui avait détruit Agadir, sur la côte ouest du pays, le 29 février 1960: entre 12.000 et 15.000 personnes, soit un tiers de la population de la ville, y avaient péri.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 443

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *