Société

Le « Lion Rouge », les paroles de l’hymne national du Sénégal

Finaliste de la Coupe d’Afrique des nations 2019, le Sénégal entonne, comme chaque équipe, son hymne avant les rencontres. Découvrez les paroles et la traduction de «Le Lion rouge».

Écrit par Léopold Sédar Senghor, la musique de l’hymne du Sénégal a été composée par Herbert Pepper, qui est également compositeur de l’hymne national centrafricain. «Le Lion rouge» a été adopté en 1960.

LA TRADUCTION
Pincez tous vos koras, frappez les balafons.

Le lion rouge a rugi.

Le dompteur de la brousse

D’un bond s’est élancé,

Dissipant les ténèbres.

Soleil sur nos terreurs, soleil sur notre espoir.

Debout, frères, voici l’Afrique rassemblée

Fibres de mon cœur vert.

Épaule contre épaule, mes plus que frères,

O Sénégalais, debout !

Unissons la mer et les sources, unissons la steppe et la forêt !

Salut Afrique mère.

Sénégal toi le fils de l’écume du lion,

Toi surgi de la nuit au galop des chevaux,

Rend-nous, oh ! rends-nous l’honneur de nos ancêtres,

Splendides comme ébène et forts comme le muscle

Nous disons droits – l’épée n’a pas une bavure.

Fibres de mon cœur vert.

Épaule contre épaule, mes plus que frères,

O Sénégalais, debout !

Unissons la mer et les sources, unissons la steppe et la forêt !

Salut Afrique mère.

Sénégal, nous faisons nôtre ton grand dessein :

Rassembler les poussins à l’abri des milans

Pour en faire, de l’est à l’ouest, du nord au sud,

Dressé, un même peuple, un peuple sans couture

Mais un peuple tourné vers tous les vents du monde.

Fibres de mon cœur vert.

Épaule contre épaule, mes plus que frères,

O Sénégalais, debout !

Unissons la mer et les sources, unissons la steppe et la forêt !

Salut Afrique mère.

Sénégal, comme toi, comme tous nos héros,

Nous serons durs sans haine et des deux bras ouverts.

L’épée, nous la mettrons dans la paix du fourreau,

Car le travail sera notre arme et la parole.

Le Bantou est un frère, et l’Arabe et le Blanc.

Fibres de mon cœur vert.

Épaule contre épaule, mes plus que frères,

O Sénégalais, debout !

Unissons la mer et les sources, unissons la steppe et la forêt !

Salut Afrique mère.

Mais que si l’ennemi incendie nos frontières

Nous serons tous dressés et les armes au poing :

Un peuple dans sa foi défiant tous les malheurs,

Les jeunes et les vieux, les hommes et les femmes.

La mort, oui ! Nous disons la mort, mais pas la honte.

Fibres de mon cœur vert.

Épaule contre épaule, mes plus que frères,

O Sénégalais, debout !

Unissons la mer et les sources, unissons la steppe et la forêt !

Salut Afrique mère.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 207

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *