SantéSanté-Sciences-HistoireSénégal

Lancement, ce jeudi, des activités de l’«Hôpital à domicile»

A l’instar des pays développés comme la France, l’Italie, les Usa, le Suisse, l’Australie, l’Espagne et la Russie ou émergents comme le Maroc aux systèmes de santé performants, l’Hospitalisation à domicile (HAD) est finalement devenu une réalité au Sénégal.

Un projet à l’initiative de M. Saliou Diallo, ancien directeur des Etablissements publics de Santé. Sous le haut patronage du ministère de la Santé, la cérémonie de lancement officiel des activités de Santé/Dom est justement prévue ce jeudi à la grande salle des études de l’hôpital de Fann.

Un hôpital qui se déplace au domicile des patients pour la continuité des soins médicaux, c’est désormais une réalité au Sénégal. Et c’est ce jeudi, à 11 heures, à la l’hôpital de Fann qu’aura lieu la cérémonie officielle de lancement des activités de l’Hôpital à domicile (HAD).

Ce sera sous le haut parrainage du ministère de la Santé et en partenariat avec la Coopération française, le cabinet français « Partners for Health and Services (PHS)» spécialisé dans l’amélioration du secteur de la santé des pays africains.

Le groupe sénégalais PHS/Santé-Dom, dirigé par l’administrateur de santé Saliou Diallo, a pour objectifs de faciliter l’accès aux soins pour tous, diminuer les coûts de Santé, participer à la prévention en santé en déployant des programmes d’éducation thérapeutique, en créant un lien entre l’hôpital et le domicile.

Il ambitionne aussi de diminuer les temps d’hospitalisation surtout dans les pathologies chroniques, d’organiser les sorties des patients hospitalisés pour garantir un meilleur niveau de qualité des soins à domicile, de mettre en place une structure de coordination pluridisciplinaire (sages- femmes, médecins, infirmiers orthophonistes, infirmiers diplômés d’Etat etc.) Santé à domicile vise aussi, et surtout, à désengorger les urgences des hôpitaux partenaires.
Continuité des soins à domicile 24h/24

Selon Mme Maïmouna Régine Diop Diouf, directrice de PHS/Santé-Dom, la nouvelle structure n’a pas pour vocation de concurrencer les hôpitaux. « Au contraire, les hôpitaux sont nos partenaires dès lors que notre objectif, c’est de prendre leur relais jusque dans les domiciles, une sorte de continuité des soins ! Par exemple, un malade souffrant d’un pied de diabétique peut ne pas se déplacer jusqu’à l’hôpital pour se soigner.

Il en est de même pour les pathologies les plus courantes comme le cancer, les maladies cardiovasculaires, le diabète et ses complications, les accidents vasculaires cérébraux etc. C’est dans ce cadre que l’hospitalisation à domicile (Had) intervient pour prendre en charge le malade dans sa maison ou auprès de ses siens. Mais toutes nos interventions médicales se font sous la supervision du médecin-traitant du patient » tient à préciser Mme Diouf.

En séjour à Dakar dans le cadre du lancement des activités de Had/Sénégal, M. Michel Calmon, directeur général de la Fondation Service-Santé Idf se réjouit du fait que le Groupe sénégalais Ph/Santé Dom soit une filiale de la société Partners for Health and Services (PHS).

« Ce partenariat stratégique a pour objectif principal de contribuer à l’élargissement des soins au Sénégal en positionnant l’hospitalisation à domicile (HAD) comme une continuité à l’hospitalisation conventionnelle. Mieux, le service d’Hospitalisation à domicile assure la permanence et la continuité des soins 24h/24 » ajoute M. Calmon.

Il est vrai qu’au Sénégal, l’amélioration du système de santé est une préoccupation constante pour les autorités qui ont comme objectif principal d’adapter l’offre de soins aux besoins de la population. La réforme hospitalière se justifie et se traduit par une décentralisation des structures de santé pour permettre l’accessibilité géographique
comme financière des soins.

Donc l’hospitalisation à domicile (HAD) est venue à son heure ! « Oui, l’heure a sonné ! Et surtout du fait que notre structure fait partie de ces mutations prioritaires permettant de réduire la durée de l’hospitalisation complète et d’améliorer l’organisation des soins en favorisant la coopération entre l’hôpital et la médecine libérale » précise M. Saliou Diallo qui fut directeur général des hôpitaux Hoggy, Fann et Le Dantec.

Il a plafonné en devenant le directeur des Etablissements de santé. A partir de ce matin, jour du démarrage des activités, l’hôpital qui se déplace jusque dans votre intimité familiale est chose possible !

Pape NDIAYE

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 169

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *