DiasporaFaits divers

Kémi Séba finalement renvoyé vers Bruxelles

Après son séjour pénible à l’aéroport international Blaise Diagne de Diass (Aibd), l’activiste Kémi Séba est finalement expulsé vers la Belgique. Il était détenu par la police à la zone de transit dès son arrivée à l’aéroport.

Son expulsion avant-hier vers Bruxelles avait foiré à cause du refus du commandant de bord de l’embarquer pour des raisons de sécurité. Selon Me Khoureysi Ba, son client est embarqué vers 22h sur un vol en partance sur Bruxelles.

La robe noire dénonce que Kémi Séba soit privé d’avocat, soumis à une diète qui ne dit pas son nom et tabassé dimanche par des flics surexcités. L’avocat a eu à échanger avec lui via le téléphone du commissaire Sarr de la Brigade spéciale de l’aéroport.

Juste après son premier procès, le gouvernement sénégalais l’avait expulsé vers la France pour « menace grave pour l’ordre public », lui reprochant notamment des « propos désobligeants » contre « des chefs d’Etat et dirigeants africains ».

Kémi Séba est le fondateur du mouvement Urgences panafricanistes. Militant de la cause noire plusieurs fois condamné en France pour incitation à la haine raciale, Kémi Séba, de son vrai nom Stellio Capochichi, mène une fronde contre le franc CFA, monnaie garantie par le Trésor français et rattachée à l’euro par une parité fixe. Ces liens sont dénoncés comme une dépendance humiliante vis-à-vis de la France par les détracteurs du franc CFA.

L’activiste a régulièrement été interpellé ou expulsé de pays comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal ou la Guinée. La justice burkinabé l’a condamné fin décembre à « deux mois de prison avec sursis » pour « outrage » au président Roch Kaboré et à ses homologues ivoirien Alassane Ouattara et nigérien Mahamadou Issoufou.

Sept pays francophones d’Afrique de l’Ouest, ainsi que la Guinée-Bissau, qui utilisent le franc CFA, ont annoncé fin décembre leur décision de remplacer leur monnaie commune par l' »Eco » en 2020. Le Nigeria et plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, notamment anglophones, ont toutefois dénoncé en janvier cette réforme, affirmant qu’elle n’était « pas conforme au programme adopté par l’ensemble de la région pour mettre en place une monnaie unique

Y en a marre dénonce la détention de Kémi Séba
Le mouvement Y en a marre est monté au créneau pour demander aux autorités étatiques du Sénégal d’arrêter l’acharnement injustifié sur le citoyen africain Kemi Séba, bloqué en zone de rétention de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) depuis dimanche, alors qu’il venait répondre à une convocation de la justice sénégalaise.

Dans un communiqué parvenu à Dakarecho, Y en a marre informe que Kemi Seba serait gardé depuis son arrivée dans des conditions dégradantes, sans manger convenablement ni dormir. En plus, il lui est refusé l’utilisation de son téléphone et tout accès à Internet.

Pour le mouvement, Y en a marre, ces actes n’honorent point le Sénégal et constituent une violation des libertés notamment la libre circulation pour le citoyen béninois dans l’espace de la CEDEAO.

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 176

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *