Société

Inclusion non financière

Des sénégalais qui n’ont jamais eu de relations financières avec une institution financière existent. C’est une enquête nationale auprès des populations non incluses faite par l’expert- financier de l’observatoire de la qualité des services financiers (OQSF) Aliou Diop qui révèle une telle situation.

L’enquête menée en 2017-2018 auprès de 2676 personnes à Dakar et sur l’ensemble du pays qui ne sont pas détentrices de comptes, informe que 85,2 % des personnes interviewées n’ont jamais eu de relations commerciales avec une institution financière.

Dans cette population non-incluse, les 61,8 % préfèrent la thésaurisation, ce qui pose un problème de confiance avec les institutions financières. Les 14,5 % sont dans les tontines. Les résultats indiquent également que le mobile banking peut être une solution, car 35,7 % ont préféré ce système.

L’explication est simple car, selon l’expert Aliou Diop, les concernés disent ne pas avoir assez de revenus pour ouvrir un compte, les coûts élevés des services financiers des banques et des mutuelles, les taux d’intérêt, la mauvaise qualité du service sont entre autres les griefs soulevés.

Au niveau de la connaissance des institutions de micro finance, ils citent dans l’ordre le CMS, Pamecas, ACEP, MICROCRED, pour les banques CBAO, ECOBANK, BICIS et SGBS.

Au niveau du mobile money, ils disent connaître Wari, Orange Money, Joni Joni, Tigo Cash.

Cette étude démontre que notre pays doit accorder une place importante à l’éducation financière.

Le taux de bancarisation strict au Sénégal est de 19 %

L’ambitieux projet du Sénégal d’atteindre à l’horizon 2020, c’est-à-dire l’année prochaine, un taux global d’utilisation des services financiers de 75 % de la population adulte est parti pour être un raté.

Puisque, selon le directeur national de la BCEAO Ahmadou Al Amine Lo, le taux de bancarisation strict dans notre pays est de 19 %.

« Nous peinons à atteindre 20% », a-t-il indiqué, ce jeudi, lors d’un atelier sur l’inclusion financière organisé par l’observatoire de la qualité des services financiers (OQSF) au bénéfice du collectif des journalistes économiques du Sénégal (COSES).

Autre fait inquiétant, souligne Mr Ahmadou Al Aminou Lo, « seuls 33 % ont accès aux services financiers ». Ce qui l’amène à dire qu’il faut s’appesantir sur la politique de digitalisation pour pouvoir atteindre les résultats escomptés.

En effet, avec la digitalisation, le taux de l’inclusion financière est passé de 19 % à 52 %, soit un progrès de 33 %. ce même taux passe à 67 % avec l’apport de 15% de la monnaie électronique.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 211

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *