Etude santé du jourSantéSanté-Sciences-HistoireTélécom-TéléphonieVedette - La UNE

Ils émettent trop d’ondes : les experts invitent à ne pas garder certains smartphones dans la poche

De nombreux téléphones mobiles antérieurs à 2016 présentent des niveaux d’exposition trop élevés quand ils sont portés près du corps, prévient l’Agence nationale de sécurité sanitaire Anses. Il n’y a pas de « risque avéré pour la santé », mais les autorités sanitaires préconisent la prudence.

Il n’y a pas d’études sur l’humain, et les études réalisées sur l’animal ou des cultures cellulaires ne font pas apparaître d’effet biologique (hormis sur l’activité cérébrale) en cas d’exposition supérieure à 2W/kg.

N’empêche, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de publier un rapport d’expertise qui préconise le rappel ou la modification (par mise à jour) des nombreux téléphones portables sortis avant 2016, et pouvant présenter un niveau d’exposition excessif lorsqu’ils sont portés très près du corps. Comme dans une poche intérieure de veste ou, éventuellement, une poche de pantalon.

Avant 2016
« Jusqu’en 2016, les fabricants pouvaient choisir la distance, entre 10 mm et 25 mm, à laquelle les tests étaient réalisés, souligne Olivier Merckel, chef de l’unité d’évaluation des risques physiques de l’Anses. Cela était indiqué sur la notice du téléphone… que personne ne lit en détail. » Depuis trois ans, une directive européenne impose de tester les téléphones en les positionnant à moins de 5 mm du tronc au maximum: des conditions plus réalistes d’utilisation.

Le DAS (débit d’absorption spécifique) mesure l’exposition des parties du corps lors de l’usage d’un téléphone. Les DAS « tête » et « tronc » ne doivent pas dépasser 2W/kg. Le DAS « membre » peut aller jusqu’à 4 W/kg. Selon l’Agence nationale des fréquences, qui effectue des contrôles, les DAS « tête » ont toujours été conformes. Jusqu’en 2016, certains téléphones pouvaient dépasser de 350 % les normes du DAS « tronc ».

Mon téléphone est concerné ?
Comment savoir si votre téléphone est concerné ? L’ANFR publie sur son site l’ensemble des mesures réalisées entre 2012 (premières mesures de DAS « Tronc » et 2016). Si le DAS « tronc » est supérieur est à 2 W/kg ; mieux vaut éviter de transporter le téléphone au contact du corps.

« Il n’y a pas d’effet avéré sur la santé, rappelle Olivier Merckel, mais nous estimons, par prudence, qu’il ne faut pas être exposés à des niveaux trop élevés. » L’Agence recommande de durcir la réglementation, en imposant aux fabricants une mesure du DAS « tronc », non plus à 5 mm, mais au contact du corps.

Ouest-France par Philippe Richard

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 249

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *