AfriqueCôte d'IvoireInternational

Guillaume Soro, C’est décidé, je suis candidat à la présidentielle ivoirienne de 2020

L’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafori Soro a mis fin aux supputations en annonçant vendredi soir sur les antennes de la télévision internationale française France 24 sa décision de se présenter a l’élection présidentielle ivoirienne de 2020.

« Il y a longtemps, j’ai beaucoup réfléchi à cette question qui m’a maintes fois été posée. C’est décidé je suis candidat… J’ai décidé de prendre mon destin en main. J’ai décidé de m’assumer et de faire cavalier seul», a dit M. Soro.

« J’irai à la présidentielle avec le soutien du peuple de Côte d’Ivoire. C’est au seul peuple de Côte d’Ivoire de décider qui présidera à sa destinée. J’espère être le Guillaume Soro de Côte d’Ivoire et être élu président en 2020», a-t-il ajouté.

Hormis sa candidature à cette élection de 2020, plusieurs sujets étaient au menu de cet entretien de l’ancien patron de l’hémicycle ivoirien dont son arrestation manquée à Barcelone ( Espagne) la semaine dernière, la nouvelle Commission électorale indépendante ( CEI), ses rapports avec le président ivoirien Alassane Ouattara, l’éventuelle rencontre entre lui et l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo en liberté conditionnelle à Bruxelles en Belgique, ses ennuis judiciaires…

« J’ai des craintes pour la stabilité et la paix en Côte d’Ivoire. Tout le monde sait que cette CEI va brûler la Côte d’Ivoire », a estimé M. Soro relativement à la mise en place de la nouvelle CEI (institution chargée d’organiser les élections dans le pays).

En ce qui concerne son arrestation manquée la semaine dernière à Barcelone, M. Soro qui a déjà déposé une plainte a indiqué que « la justice espagnole dira qui est derrière ». Quant à une éventuelle rencontre entre lui et l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, l’ancien chef du parlement ivoirien a fait savoir qu’il « ne verrait aucun d’inconvénients » si M. Gbagbo était disposé à le recevoir.

Il a d’ailleurs révélé que « nous avons des contacts par personne interposée ». S’agissant de ses rapports avec le président Alassane Ouattara, M. Soro a fait savoir « qu’au plan politique, je pense que la rupture est consommée puisque j’ai lancé mon mouvement. Mais au plan personnel et humain je continue à garder beaucoup de respect pour le président Ouattara ». M. Soro a conclu en annonçant son retour en Côte d’Ivoire la semaine prochaine.

LB/ls/APA

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 501

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *