Faits diversPolitiquePrésidentielle 2024SociétéVedette - La UNE

Encore un autre étudiant tué au Sénégal, quatre morts depuis le début des protestations

Un étudiant de 22 ans est mort des suites de ses blessures mercredi à l’hôpital de Dakar, au Sénégal. Il avait été touché par une grenade lacrymogène le samedi 10 février, alors qu’il protestait contre la mort, la veille, d’un de ses camarades.

Un étudiant de l’université de Saint-Louis est mort des suites de ses blessures reçues lors d’une manifestation après l’annonce du report de la présidentielle par le président sénégalais Macky Sall, a appris mercredi l’AFP de sources étudiantes et hospitalières.

Prosper Senghor, 22 ans, étudiant en mathématique en première année, est le quatrième mort de la crise au Sénégal et le deuxième de l’université Gaston Berger de Saint-Louis.

Il avait été touché par une grenade lacrymogène le samedi 10 février alors qu’il protestait contre la mort la veille d’un de ses camarades de 22 ans, Alpha Yoro Tounkara, étudiant en deuxième année de licence de géographie, ont indiqué à l’AFP Adama Mamadou Kane, président de la Coordination des étudiants de Saint-Louis et Anne Marie Diatta, l’une de ses amis proches.

« Une crise cardiaque liée à son coma »
« On nous a appelés ce matin pour nous dire qu’il était décédé d’une crise cardiaque liée à son coma », a affirmé son amie d’enfance, elle aussi étudiante à l’université de Saint-Louis. « Il était tombé dans le coma après avoir reçu une grenade lacrymogène au niveau de la poitrine » sur le campus, a-t-elle expliqué. Admis en réanimation à l’hôpital régional de Saint-Louis, il avait ensuite été transféré à l’hôpital de Dakar où il est décédé.

« Il venait de Casamance. C’était une personne pacifique. Mais quand je l’avais appelé la veille, il était en colère contre le décès de son camarade étudiant », a-t-elle raconté. Selon une source hospitalière à Saint-Louis, le jeune homme avait été admis à l’hôpital après avoir inhalé du gaz lacrymogène en lien avec les récentes manifestations, et il est décédé cette nuit à Dakar.

Alioune Diallo, président de l’amicale de la faculté de médecine de Dakar, a rendu mercredi matin hommage à cet étudiant lors d’un rassemblement pour réclamer la réouverture du campus de Dakar, fermé depuis les troubles de juin 2023.

« Mauvaise volonté » de Macky Sall
La crise politique au Sénégal a connu récemment de nouveaux rebondissements. Jeudi dernier, le Conseil constitutionnel sénégalais a décidé d’invalider le report de l’élection au 15 décembre et d’exiger qu’elle se tienne « dans les meilleurs délais ».

Une décision qui a été acceptée par le président Sall. Samedi, pour la première fois, le pouvoir a autorisé une marche des opposants dans les rues de Dakar.

Les Sénégalais attendent à présent de connaître la nouvelle date du scrutin. Mercredi, quinze candidats à la présidentielle au Sénégal ont accusé le chef de l’État Macky Sall de « mauvaise volonté », et annoncé des actions pour obtenir que soit fixée rapidement la date de l’élection repoussée à une date encore indéterminée.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 446

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *