Faits divers

Emmanuel Macron dénonce des faits «isolés» d’«individus ultraviolents»

Le président de la République a réagi à la gifle subie lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage, dans la Drôme, mardi.

Giflé par un homme poussant le cri de guerre royaliste «Montjoie Saint Denis!» lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage (Drôme) mardi, le président de la République, Emmanuel Macron, a dénoncé des faits «isolés» d’«individus ultraviolents» qui ne doivent pas, selon lui, «prendre possession du débat public».

«Tout va bien. Il faut relativiser cet incident qui est, je pense, un fait isolé. Il ne faut pas que cela vienne occulter le reste des sujets si importants qui concerne la vie de beaucoup», a-t-il déclaré dans un entretien au Dauphiné.

Et le chef de l’État d’ajouter: «Le peuple français est un peuple républicain. L’écrasante majorité des Français est intéressée par les problèmes de fond. Sur le principe, je serai intraitable, mais ne laissons pas des faits isolés, des individus ultraviolents, comme il y en toujours quelques-uns dans les manifestations aussi, prendre possession du débat public: ils ne le méritent pas».

Après ces faits, un Drômois de 28 ans a été interpellé avec un homme originaire du département et du même âge qui l’accompagnait, selon le parquet.

Les deux suspects ont été placés en garde à vue à la brigade de Romans-sur-Isère pour « violence volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique».

En raison de la circonstance aggravante liée à la personnalité de la victime, ils encourent 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Articles Similaires

1 sur 114

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *