PolitiqueVedette - La UNE

Dialogue politique au Sénégal: la majorité a intérêt à ce que le dialogue se tienne selon Serigne Momar Sarr

Tout le monde a intérêt à ce que le dialogue politique, initié par le président Macky Sall, puisse se tenir, au premier rang duquel la majorité présidentielle.

C’est la conviction du diplômé en Sociologie à l’Ugb et à l’Université de Strasbourg (France) Serigne Momar Sarr qui, à l’émission Objection de la radio Sud Fm, du dimanche 12 mai dernier, trouve légitime que certains partis de l’opposition réclament une personnalité neutre. Toutefois, il a regretté la dernière concertation boudée par l’opposition, alors qu’elle était menée par l’ambassadeur Seydou Nourou Ba.

Le dialogue entre les acteurs politiques reste plus que nécessaire pour l’intérêt supérieur de l’ensemble de la population sénégalaise. C’est du moins l’avis de Serigne Momar Sarr, diplômé en Sociologie à l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis, et à l’Université de Strasbourg, France.

Invité à l’émission politique Objection de la radio privée Sud Fm d’hier, dimanche 12 mai, M. Sarr a tout de même indiqué que «la majorité présidentielle a plus intérêt à ce que ce dialogue politique se tienne». Sur les raisons d’une telle assertion, il dira que le régime doit «assurer la crédibilité des résultats issus des urnes». Même s’il admet que constitutionnellement et légalement, le président a gagné l’élection présidentielle, il pense tout de même que ce dialogue entre dans la logique de décrisper le climat social, afin qu’il puisse dérouler son programme politique.

Comme autre raison qui fait que le régime de Macky Sall a le plus besoin de ce dialogue, l’invité du journaliste Baye Oumar Guèye, titulaire d’un Master en sociologie et d’un DEA en Science politique, trouve que cette concertation doit permettre au pouvoir de «pallier les défaillances organisationnelles que l’on a eu à observer». Mieux, poursuit-il, il reste convaincu que ces rencontres politiques peuvent permettre au régime de Macky Sall de «prévenir ou d’éviter la violence». A son avis, cela fera que le peuple salue le volontarisme du parti au pouvoir, afin que l’opposition qui pratique la politique de la chaise vide prenne toutes ses responsabilités.

Quid alors de l’intérêt pour l’opposition de prendre part à ce dialogue politique ? Sur ce point, Serigne Mamor Sarr estime que l’opposition doit se retrouver dans l’intérêt du peuple. Pour lui, dès lors que le président Macky Sall a fait comme priorités pour son dernier mandat, l’emploi des jeunes et la réforme de l’administration, «il faudrait que l’on tombe d’accord sur certains aspects, un consensus fort qui permet de décliner des politiques de manière prospective et en ayant une certaine vision stratégique qui décline un projet de société. Pour cela, on a besoin de tout le monde». Mieux, il pense que la pertinence pour l’opposition de prendre part au dialogue, «c’est de ne pas commettre les erreurs du passé».

Se prononçant, en outre, sur la condition posée par certains de l’opposition, à savoir une personnalité neutre pour conduire ce dialogue politique, M. Sarr rappelle que «le fait de récuser le ministre de l’intérieur n’est pas nouveau sous nos cieux». Pour autant, l’invité de Baye Oumar Guèye pense que certains acteurs de l’opposition ont raison de poser cette condition pour qu’il y ait dialogue.

Il rappelle toutefois, pour le regretter, «qu’avant les échéances de février 2019, lors du dialogue, on avait désigné une personnalité neutre, respectée en la personne de l’ambassadeur Seydou Nourou Ba. Mais qu’est-ce qu’il en est advenu ?» Ainsi donc, il pense qu’il ne faudrait plus que «cette personne-là soit proposée et qu’au bout du compte que certains la récusent encore une fois». Pour M. Sarr, «un dialogue doit faire valoir la confiance mutuelle de part et d’autre».

Jean Michel Diatta

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 240

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *