InternationalNigéria

Des hommes armés enlèvent plus de 280 élèves dans l’école de Kuriga (Kaduna), selon un enseignant

Les enlèvements de masse contre rançon sont un problème majeur et touchent tout le pays, l’un des plus peuplés d’Afrique.

Des hommes armés ont enlevé plus de 280 élèves lors d’une attaque contre une école dans le nord-ouest du Nigeria, ont affirmé un enseignant et un habitant, les autorités ne donnant de leur côté aucun chiffre.

Les enlèvements de masse contre rançon sont un problème majeur et touchent tout le pays, l’un des plus peuplés d’Afrique. Les autorités locales de l’État de Kaduna ont confirmé l’enlèvement, dans l’école de Kuriga jeudi, sans toutefois préciser le nombre d’élèves kidnappés, en cours d’évaluation.

Selon Sani Abdullahi, l’un des enseignants de l’école GSS Kuriga, dans le district de Chikun, le personnel a réussi à s’échapper avec de nombreux élèves alors que les hommes armés tiraient en l’air. «Nous essayons de déterminer le nombre réel d’enfants enlevés», a-t-il déclaré jeudi soir à des responsables locaux.

«À l’école secondaire de Kuriga, 187 enfants sont portés disparus, tandis qu’à l’école primaire, 125 enfants étaient portés disparus, mais 25 sont revenus», a-t-il détaillé. «Plus de 280 enfants ont été enlevés. Nous avons d’abord pensé qu’il y en avait 200, mais après un décompte minutieux, nous avons découvert que les enfants enlevés sont un peu plus de 280», a témoigné auprès de l’AFP Muhammad Adam, un habitant.

Attaques et enlèvements de masse
De leur côté, les responsables locaux et la police n’ont pas à ce stade communiqué de chiffre. «Pour l’instant, nous ne connaissons pas le nombre d’enfants ou d’étudiants qui ont été enlevés», a déclaré le gouverneur de l’État de Kaduna, Uba Sani, aux journalistes sur place. Ces dernières années, des bandes criminelles ont attaqué à plusieurs reprises des écoles, principalement dans les zones rurales des États du nord-ouest du Nigeria.

Le président Bola Ahmed Tinubu est arrivé au pouvoir en 2023 en promettant de s’attaquer à l’insécurité, alimentée par les groupes jihadistes, les bandits dans le nord-est et la flambée de violence intercommunautaire dans les États du centre.

Plus de 100 femmes ont été portées disparues dans le nord-est du Nigeria, après un enlèvement de masse attribué à des djihadistes, avaient annoncé jeudi des sources officielles.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 313

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *