Faits divers

Coups et blessures volontaires: Ndiaya Cissé frappe sa colocataire au visage avec une barre de fer

Entre les dames Ndiémé Mbengue et Ndiaya Cissé, deux colocataires, les rapports n’ont jamais été cordiaux. Leurs fréquentes disputes ont fait place un jour à une bagarre durant laquelle la victime Ndiémé Mbengue à failli perdre son œil gauche. Sa voisine lui ayant donné un coup de barre de fer sur le visage.

Poursuivie pour coups et blessures volontaires, la dame Ndiaya Cissé pourrait passer la korité en prison si le tribunal ne se montre pas clément avec elle. Entre elle et sa colocataire et victime, Ndiemé Mbengue, ça n’a jamais été l’entente cordiale. Leurs multiples problèmes ont toujours trouvé des solutions grâce à la médiation du voisinage.

L’espace qu’elles partagent en commun pour leurs activités ménagères est à l’origine de leurs fréquentes disputes. Le jour des faits, Ndiémé Mbengue a voulu y étendre son linge mais sa colocataire et ses frères en ont fait un grand problème en battant sa fille qui s’en était tirée avec une ITT de trois jours. Elle a déposé une plainte qui est en instance.

Voulant mettre fin à ces récurrentes altercations, la fille de la victime a dû quitter la maison tandis que sa mère était obligée de céder l’espace commun pour se trouver un endroit à la devanture de la maison pour faire sécher son linge.

Ce qui ne fut pas du goût de la belliqueuse colocataire qui fit enlever les séchoirs. Face aux protestations de la plaignante, la dame Ndiaya Cissé est sortie de sa chambre pour lui assener une barre de fer à l’œil gauche. Transportée au centre de santé Nabil Choucair, on lui délivra un certificat médical faisant état d’une incapacité temporaire de travail (Itt) de 11 jours. En effet, le coup reçu lui a occasionné une tuméfaction douloureuse de l’œil gauche.

Bien entendu, la prévenue s’est défendue en niant les faits qui lui sont reprochés. D’après elle, il n’y a jamais eu de différend entre sa colocataire et elle. « Je ne l’ai jamais frappée avec une barre en fer à l’œil gauche. Tous ces incidents m’ont trouvé à mon lieu de travail.

Chaque jour je quitte la maison à 08 H 00 du matin pour revenir à 13 heures. A mon arrivée, je m’occupe de mes tâches ménagères et de mes enfants. C’est la raison pour laquelle je n’ai jamais eu le temps d’avoir des problèmes avec ma colocataire qui aujourd’hui m’accuse de coups et blessures volontaires » s’est-elle défendue. Malgré ses dénégations, elle a été déférée au parquet en attendant d’être fixée sur son sort.

Aïda MBOUP SEYE

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 117

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *