Société

Aar Li Nu Bokk appelle à manifester encore ce vendredi à la Place de l’Obélisque

Vendredi dernier, des milliers de Sénégalais avaient convergé vers la Place de la Nation ex-Place de l’Obélisque à Colobane pour défier l’interdit préfectoral et exiger la lumière sur le scandale de « 10 milliards de dollars » du pétrole et du gaz, révélé par la Bbc.

Les membres de la plateforme « Aar Li Nu Bokk » comptent refaire la mobilisation. En conférence de presse hier, les « pétroliers » de la rue vont encore enflammer la Place de l’Obélisque.

Ce sera vendredi 21 juin prochain, selon Abdourahmane Sow, responsable de la plateforme de résistance Aar Li Nu Bokk. « Nous disons tout simplement au gouvernement de Macky Sall que nous allons nous donner corps et âme à nos revendications vendredi prochain.

Ce, avec les mêmes Sénégalais qui ont commencé à se déployer sur l’ensemble du territoire national, pour que la lumière soit faite dans cette affaire » promet-il face à la presse.

A ce rythme, la Place l’Obélisque risque de devenir l’épicentre de la contestation pétrolière et gazière. Comme ce fut exactement le cas de la Place Tahrir au Caire (Egypte) où des millions d’Egyptiens se retrouvaient tous les jours pour réclamer à l’époque le départ du président Hosni Moubarak.

Barthelemy Dias alerte sur les risque de divisions
L’édile de Mermoz Sacré Cœur ébruite ce qu’il appelle une tentative de saper la dynamique de la plateforme «Aar li nu Bokk».

Barthélémy Dias dit détenir des informations selon lesquelles on veut diviser les membres de la plateforme. Il demande aux initiateurs de refuser d’être divisés tout en les exhortant à poursuivre le combat parce que la manifestation de la vérité ne se fera que par la rue.

M. Dias est convaincu qu’il n’y a que la lutte pour libérer le Sénégal. Il invite la plateforme «Aar li nuBokk» à organiser un rassemblement pacifique les deux prochains vendredis pour que le Président Macky Sall sache que le pays n’est pas sa propriété.

Barthélémy Dias se dit rassuré par ce qu’il a vu à la Place de l’Obélisque vendredi passé. Il invite par ailleurs les responsables politiques qui se sont emmurés dans un silence assourdissant depuis les révélations de la BBC à revoir leur position.

Selon M. Dias, tout leader qui aime le pays doit refuser de dialoguer avec des voleurs. Et que le dialogue ne soit pas une excuse.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 215

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *