Hong KongInternational

A Hong Kong, effervescence à la frontière chinoise après la levée de la quarantaine

A la gare de Lok Ma Chau, Yuri Tan embrasse son petit ami avant de partir. Comme cette étudiante, ils sont des centaines dimanche à se rendre vers le nord, soulagés de pouvoir enfin franchir la frontière entre Hong Kong et la Chine continentale sans avoir à se plier à de contraignantes restrictions.

« Je rentre parce que je n’ai plus à subir la quarantaine », déclare ravie l’étudiante de 23 ans à l’AFP, chargée de bagages contenant quelques boîtes de médicaments contre la fièvre pour sa famille.

Tan se rend à Shenzhen, juste de l’autre côté de la frontière avec Hong Kong, d’où elle prendra un vol de correspondance vers sa ville natale de Yangzhou, dans l’est de la Chine. Un voyage qui, jusqu’à récemment, aurait d’abord signifié des semaines d’isolement obligatoire.

Pékin a levé dimanche les règles de quarantaine pour tous les voyageurs internationaux, mettant ainsi fin à près de trois ans d’isolement imposé par les autorités.

Le même jour, la plupart des restrictions à la frontière entre la Chine continentale et Hong Kong ont également été supprimées. Environ 60.000 personnes sont désormais autorisées à circuler quotidiennement dans les deux sens.

Dimanche matin, une grande foule se pressait au poste frontière de Lok Ma Chau en direction du nord, mais ceux qui se dirigeaient vers le sud à Hong Kong étaient nettement plus rares.

A deux semaines du Nouvel An chinois, beaucoup disent partir pour se réunir en famille.

Tests avant le voyage
Galen Liu, un étudiant chinois, raconte qu’il préparait un doctorat en Europe, ce qui rendait jusqu’à présent tout retour au pays pratiquement impossible et lui donnait un sentiment d' »impuissance ».

Il y a deux semaines, il a pris l’avion pour Hong Kong et a attendu la réouverture de la frontière pour retrouver ses parents et sa sœur dans la province voisine du Guangdong.

« Je suis vraiment content », dit Liu à l’AFP. « Maintenant, je peux enfin rentrer chez moi et je n’ai pas besoin de prendre un vol. Je peux simplement traverser la frontière par voie terrestre ».

Liu a pris des médicaments pour les membres de sa famille, dont la plupart ont selon lui été récemment infectés par le Covid-19 après la fin brutale de la politique stricte de « zéro Covid » décidée par les autorités.

Les cas sont montés en flèche dans le pays le plus peuplé du monde, avec des hôpitaux et des morgues soumis à forte tension. Les autorités ont fourni peu de données sur le nombre d’infections ou de décès.

Une femme au foyer, qui se présente sous le nom de Dong et rentre à Hong Kong depuis Shenzhen, reste stoïque face à l’explosion des cas.

« C’est inévitable lorsque les restrictions sont assouplies. Les gens doivent pouvoir se déplacer, sinon l’économie ne peut pas se développer. Nous devons traiter la question plus calmement », estime-t-elle.

Les personnes qui franchissent la frontière entre Hong Kong et le continent doivent apporter la preuve d’un test négatif récent, une exigence que Pékin a reproché cette semaine aux pays imposant un test aux voyageurs venant de Chine.

Liens commerciaux
Entrepreneur basé en Chine continentale, Alex Zeng faisait partie des voyageurs voulant se rendre à Hong Kong, une ville qui a longtemps servi de passerelle commerciale vers la Chine avant d’être isolée par le Covid.

Ce fabricant d’équipements sportifs compte aller voir une exposition avant de se rendre à l’étranger pour des réunions indispensables avec des clients.

« C’était assez gênant de ne pas pouvoir voyager et rencontrer mes clients en face à face », souligne Zeng auprès de l’AFP.

Hong Kong, dont l’économie est frappée par la récession, attend avec impatience la reprise des flux. Avant la pandémie, les continentaux représentaient environ les trois quarts des arrivées.

Liu, 80 ans, retourne à Hong Kong pour célébrer le Nouvel an lunaire en famille. « J’espère que la procédure pourra être encore simplifiée, avec la suppression par exemple du résultat de test obligatoire », souffle-t-il à l’AFP.

« C’est un peu compliqué pour un homme de 80 ans comme moi. »

Articles Similaires

1 sur 299

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *