DiasporaFaits divers

Un Sénégalais se rend à la police de Roanne pour avouer le meurtre de sa compagne de 34 ans

Les mains ensanglantées, l’homme s’est présenté de lui-même au commissariat de Roanne. Deux couteaux tachés de sang ont été retrouvés à proximité de la scène du crime.

Un individu de 34 ans s’est rendu au commissariat de police de Roanne (42) ce samedi 13 mars aux alentours de 5 heures du matin pour avouer le meurtre de sa conjointe, a indiqué au Figaro le parquet de Roanne.

Les mains ensanglantées, cet homme d’origine sénégalaise a aussitôt été appréhendé par les policiers et placé en garde à vue. Rendus à l’adresse indiquée par le suspect, dans un appartement du centre-ville de Mably, les agents de police ont bel et bien découvert le corps sans vie d’une femme, gisant sur son lit dans une mare de sang.

« C’est en ouvrant la porte de la chambre que les policiers ont découvert la jeune femme sur le lit, étendue sur le dos et manifestement tuée de plusieurs coups de couteau au cou et à la carotide », a indiqué au Figaro Abdelkrim Grini, le procureur de la République de Roanne.

Deux couteaux tachés de sang ont par ailleurs été retrouvés à proximité du lit où gisait la victime. « L’une de ces armes à la lame cassée en deux, ce qui laisse imaginer la violence des coups portés à la victime », a souligné le magistrat. Et d’ajouter que « l’intention de tuer ne fait aucun doute ».

Un couple qui battait de l’aile
D’après les premières investigations, le crime aurait été commis entre 2h30 et 5 heures du matin. « Des voisins ont expliqué avoir entendu des cris aux qui pourraient s’apparenter à une dispute de couple », a expliqué le procureur de Roanne. Dans l’appartement de la victime, aucune trace de lutte n’a par ailleurs été relevée. « Tout laisse à croire que le crime s’est déroulé sur le lit de la victime. »

Selon la mère de la disparue, sa fille de 32 ans entretenait une liaison avec le suspect depuis sept mois environ mais tous deux étaient séparés depuis deux mois. Le procureur a précisé de son côté qu’il n’y avait pas d’antécédents de dispute ou de main courante déposée par la victime à l’encontre de son meurtrier présumé.

Une enquête a été ouverte ce samedi par le parquet pour des faits de meurtre par flagrance sur conjoint ou concubin. Le mis en cause, qui encourt la perpétuité, sera présenté devant un juge d’instruction dans le courant de la soirée et devrait très certainement être présenté lundi au pôle criminel de Saint-Etienne en vue de l’ouverture d’une information judiciaire. Le procureur a d’ores et déjà fait savoir que sa garde à vue serait prolongée ce dimanche soir.

Avec Nicolas Daguin

Articles Similaires

1 sur 188

1 Commentaire

  1. Diambar says:

    D’ndeysane. Il s’est dit sue le mariage ne se fera pas donc ses chances d’avoir des papiers se sont volatilisés.
    C’est triste

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *