EnvironnementSociété

Trois lionceaux dans le parc national du Niokolo-Koba, et de l’espoir pour le roi de la savane

C’est une bonne nouvelle pour les lions du Sénégal : la venue au monde il y a trois mois de petits lionceaux.

A trois mois, même de futurs rois de la savane se laissent distraire de leur pitance par le jeu. Au Sénégal, une vidéo de trois lionceaux avec leur mère, à peine imaginable il y a quelques années, nourrit l’espoir de relancer l’espèce révérée des lions d’Afrique de l’Ouest, décimée avec le temps.

Panthera, une organisation créée aux Etats-Unis pour la conservation des félins et de leurs écosystèmes à travers le monde, vient de publier des images d’une lionne et de trois petits observés en février par des caméras à déclenchement automatique autour d’une carcasse dans le parc national du Niokolo-Koba, dans le sud-est du Sénégal.

Le spectacle du grand fauve fourrageant dans la chair et de sa progéniture de trois mois cherchant à l’imiter ou éprouvant griffes et crocs sur l’arrière-train de leur mère ou sur un éclat de bois est « le signe euphorisant du rétablissement de la population des lions d’Afrique de l’Ouest », dit Panthera dans un communiqué.

Panthera mène depuis 2011 cette entreprise de conservation au Niokolo-Koba avec la direction des parcs nationaux du Sénégal. Entre-temps, le nombre de lions est passé d’une dizaine ou une quinzaine à une trentaine aujourd’hui, dit l’organisation. Elle invoque le combat mené contre les braconniers et les efforts scientifiques menés avec les autorités sénégalaises.

Le Niokolo-Koba affiche l’une des démographies les plus encourageantes pour l’avenir du lion d’Afrique de l’ouest, caractérisé par une crinière étroite et une allure dégingandée, et génétiquement distinct des sous-espèces d’Afrique ou d’Asie. Il en resterait en tout entre 120 et moins de 380, chiffre Panthera.

Révéré au point d’être chanté dans l’hymne sénégalais, le lion d’Afrique de l’Ouest a souffert du braconnage, qu’il en soit la cible ou que ce soit son gibier. Il est aussi la victime des éleveurs qui protègent leurs bêtes, et de la disparition de son habitat.

Ses effectifs ont diminué de 99% par rapport à ce qu’ils étaient autrefois, dit Panthera.

Florence, la lionne filmée dans l’intimité familiale en février et âgée d’une dizaine d’années, aura contribué au redressement. Les deux petits mâles et la femelle à ses côtés sont supposés être sa troisième portée depuis 2021.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 252

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *