Politique

Ouverture des consultations sur le Covid-19 avec l’opposition sénégalaise au Palais de la République

L’ancien Premier ministre et leader du parti ‘’ Rewmi ‘’, Idrissa Seck, a ouvert le ballet des personnalités politiques, qui seront reçues par le président de la République Macky Sall dans le cadre des consultations avec l’opposition parlementaire sur la situation liée au Covid-19. Arrivé à 11 heures au Palais, Idrissa Seck a été soumis aux mesures d’hygiène.

Ensuite, il s’est dirigé vers l’un des salons du Palais de la République pour s’entretenir avec le président Macky Sall.

Idrissa Seck a salué mardi la décision du président de la République d’avoir associé ‘’tous les fils du pays’’ à la lutte contre la pandémie de coronavirus et a promis de faire voter les lois visant à faciliter la riposte.

S’exprimant sur la RTS après avoir été reçu en audience par le chef de l’Etat, Macky Sall, le président de Rewmi a d’abord souhaité ‘’que Dieu nous accorde la victoire’’ sur la pandémie de coronavirus, avant de faire part de sa ‘’totale adhésion à la décision du président de la République d’associer tous les fils du pays, lesquels doivent se mobiliser’’.

L’unité nationale est nécessaire pour éradiquer cette maladie, d’autant plus que, a rappelé M. Seck, ‘’il n’y a ni vaccin ni médicament contre le coronavirus’’. ‘’Il est préférable de prévenir que de guérir, de guérir surtout dans les difficultés’’, a-t-il ajouté, reprenant un adage.

Idrissa Seck, deuxième à l’élection présidentielle de 2019 avec 20,5% des voix, estime que la riposte doit être ferme, afin que les centres de traitement des patients testés positifs au nouveau coronavirus (Covid-19) ne soient ‘’débordés par l’affluence de malades, comme en Italie’’.

Les Sénégalais feront mieux de lutter contre la pandémie de coronavirus ‘’sans trop débattre, sans rien banaliser’’, a ajouté M. Seck. Il les invite à ‘’se mobiliser comme un seul homme’’ pour éradiquer le Covid-19.

L’ancien Premier ministre a promis de faire voter aux députés de son parti les lois devant permettre au président de la République d’‘’avoir les outils’’ nécessaires pour mener la lutte contre la maladie à coronavirus.

Ensuite ce fut au tour du leader du Grand Parti qui a été la deuxième personnalité à rencontrer le président Macky Sall ce matin au palais. A sa sortie d’audience, Malick Gakou de dire que ce combat est un combat collectif et que l’attitude du président Macky Sall est à saluer. Il a félicité le chef de l’Etat pour les mesures prises mais aussi a appelé les sénégalais à le soutenir. Il indique qu’aucune position partisane ne doit être manifestée car ceci est un combat national. 

Malick Gakou de dire que le coronavirus menace l’avenir du pays et qu’il faut que tout le pays se lève pour se battre comme un seul homme afin de venir à bout de ce virus.

Le leader de Grand Parti dira qu’il convoquera une réunion avec les responsables de son parti qui compte 3 députés à l’assemblée nationale, pour que la loi soit votée car elle est pour l’intérêt du pays.

Il a prié pour que le Sénégal aille à bout de ce virus dans les plus brefs délais.

Puis ce fut au tour de Khalifa Sall. Ce dernier s’est prononcé sur le coronavirus à sa sortie d’audience avec le président Macky Sall. Il a d’abord dit sa compassion aux sénégalais infectés par le virus mais aussi aux Sénégalais de l’Extérieur.

Il a ensuite félicité le président Macky Sall et son gouvernement pour les mesures prises pour combattre le coronavirus mais aussi lui a assuré de son soutien et celui de ses partisans.

Khalifa Sall n’a pas manqué de dire que ce combat est national et que tous les fils du Sénégal doivent s’unir et de se battre comme un seul homme auprès du président Macky Sall.  Il a appelé les Sénégalais à respecter scrupuleusement les consignes sanitaires et d’écouter les médecins.

Puis ce fut au tour du président du Pastef, Ousmane Sonko d’être reçu par le Président de la République. C’est la première fois que les deux personnalités sont en tête-à-tête. 

A sa sortie d’audience, Ousmane Sonko s’est exprimé au micro de la RTS : « Nous sommes venus répondre à cette invitation parce que nous considérons que les moments que nous vivons sont particulièrement graves et qu’ils doivent appeler chacun au sens de la responsabilité et du dépassement. L’Etat a la prérogative et la priorité dans la gestion de cette crise, amis c’est une crise qui interpelle tous les citoyens sénégalais. »

Puis, concernant les mesures annoncées, Ousmane Sonko a a déclaré : « Nous n’avons pas attendus cette audience pour donner notre point de vue et apprécier les mesures qui ont été prises. Notre seule présence ici suffit à démontrer que l’heure est grave. C’est pourquoi nous appelons tous les compatriotes à suivre les recommandations qui leur sont données. Ce n’est pas un jeu », déclarera-t-il, avant de révéler qu’il a interpelé le chef de l’Etat sur la mise en place des différentes mesures annoncées et prévenu qu’il ne fallait que l’enveloppe prévue pour mener la lutte contre le coronavirus ne soit mal utilisé. « Nous ne voulons pas que la crise serve à justifier un certain nombre de comportements. »

Ousmane Sonko a également déclaré ne pas être d’accord avec les mesures fiscales annoncées par Macky Sall. Pour lui, on ne doit pas mettre dans le même sac les entreprises qui doivent légalement au fisc et celles qui ont été épinglées pour fraude. Il juge aussi insuffisant les 50 milliards de Fcfa mobilisés à l’achat de vivres pour pour l’aide alimentaire d’urgence. Enfin, le leader du Pastef a appelé à une gestion transparence dans la gestion des fonds mobilisés pour combattre le virus et ne pas en acheter des 4×4 et autres.

Le président de la République, Macky Sall, a déclaré lundi soir l’état d’urgence sur toute l’étendue du territoire, une mesure entrée en vigueur mardi à minuit dans le cadre du relèvement du niveau de la riposte au Covid-19.

Cette mesure est assortie d’un couvre-feu sur l’étendue du territoire national, de 20 heures à 6 heures, a précisé le président Sall dans un message diffusé à la télévision publique (RTS).

Le chef de l’Etat a décidé de saisir l’Assemblée nationale pour l’examen d’un projet de loi devant l’autoriser, une fois adopté par les députés, à prendre les mesures nécessaires pour ‘’faire face aux impératifs d’ordre budgétaire, économique, social, sanitaire et sécuritaire de la lutte contre le Covid-19’’.

Le nombre de cas déclarés positifs au coronavirus au Sénégal est de 86, après la détection mardi de sept nouveaux cas testés par l’Institut Pasteur de Dakar, a annoncé Aloyse Waly Diouf, le directeur de cabinet du ministre de Santé.

Trois des sept nouvelles contaminations sont des cas importés, c’est-à-dire que les patients ont été infectés par le Covid-19 avant d’entrer au Sénégal, selon M. Diouf.

Il assure que l’état des patients traités au Sénégal est ‘’stable’’.

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 129

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *