Politique

Ousmane Sonko à Tivaouane: « J’approuve l’appel à la paix du Khalife»

Dans la capitale e la Tidianya où il a longuement été reçu, ce jeudi 7 novembre, par le khalife général des Tidjanes, le leader de Pastef, Ousmane Sonko, a dit adhérer à l’appel à la paix lancé par Serigne Babacar Sy Mansour. «Je n’ai qu’une seule nationalité et n’en veux aucune autre », a-t-il fait savoir, pour prouver combien il reste attaché à son « cher Sénégal».

«Quand je viens à un évènement religieux, je ne parle pas de politique, cela relève d’une tradition bien établie. Et puis, je considère que la cour du khalife général des Tidjanes n’est pas le lieu pour débattre de questions de politique politicienne ».

C’est en ces termes que le leader de Pastef a justifié son silence, hier, chez le Khalife Serigne Babacar Sy Mansour, sur la « chose politique », par rapport surtout à la question relative au « renvoi des élections locales ».

Toutefois il a dit « approuver totalement » l’appel à la paix lancé par le Khalife Général lors de la visite du président Macky Sall. Selon Ousmane Sonko, « le Sénégal est naturellement un pays de paix, nonobstant quelques problèmes qui existent d’ailleurs dans tous les pays du monde, il a une tradition, une réputation de paix ». Il dit avoir rappelé au Khalife Général de Tivaouane que « nous acteurs politiques, c’est parce que nous sommes préoccupés par la paix que, tout en dé- fendant nos idées et nos principes, nous refusons d’aller à certains extrêmes ».

Et de poursuivre : « au lendemain de l’élection présidentielle, aucun acteur politique n’a appelé les populations à sortir ou à manifester. Et pourtant, la tension était vive et tout le monde s’attendait à cela. Nous n’avons que ce pays ». En ce qui le concerne, il dit « n’avoir qu’une seule nationalité et je n’en veux aucune autre. Je suis fier d’être Sénégalais et cela relève du choix de Dieu.

Le Tout-Puissant pouvait choisir que nous soyons nés au Japon, aux Etats-Unis, mais il a choisi le Sénégal pour nous et nous devons être très fiers d’être sénégalais. C’est pourquoi nous n’avons pas besoin d’une autre nationalité, nous n’avons pas besoin de vivre ailleurs qu’au Sénégal. Quand vous n’avez qu’un pays, vous y vivez avec vos parents, vos enfants vos proches, vous ne pouvez pas souhaiter qu’il brûle, c’est même illusoire de le penser ».

A propos de l’appel à la paix du Khalife, Sonko estime que « les guides religieux sont dans leur rôle, car la religion est par essence la pacification des âmes et des comportements et c’est tout à fait normal qu’ils le rappellent toujours. Ils ne sont habilités à gérer l’armée, la police, l’administration, la diplomatie, etc., mais ils sont les gardiens et les surveillants de notre comportement moral et de la pacification de l’espace ».

Aussi le leader de Pastef de rappeler « avoir avec Tivaouane des rapports d’excellent qualité à l’image des rapports que nous avons avec tous les foyers religieux, musulmans comme chrétiens ». Il est revenu sur ses « liens filiaux avec Tivaouane à travers notre lignée maternelle et notre arrière grand-père El hadji Rawane Ngom, qui est l’un des précurseurs de ce Gamou, à côté d’El hadji Malick Sy ».

Au guide religieux de Tivaouane, Sonko dit avoir aussi rappelé « notre démarche et notre posture dans le pays » et, poursuit-il, « le Khalife Géneral n’a pas manqué de réitérer ses conseils de l’année dernière à la même occasion consistant, tout en conservant notre ligne, à mettre en avant les préoccupations des populations et faire en sorte que la paix et la stabilité du pays soient sauvegardées ».

Cheikh CAMARA

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 116

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *