ContributionOpinionRéflexion

Macky Sall-Conseil Constitutionnel : jeu de la poule mouillée ou faucon-colombe – Pr Abou Kane

En théorie des jeux, le chicken-game ou jeu de la poule mouillée renvoie à une situation où deux automobilistes foncent l’un sur l’autre sur une route étroite. Si personne ne dévie, tous les deux sont morts, si l’un des conducteurs dévie il se sauve et sauve la vie de l’autre mais il est la poule mouillée; au Sénégal on dira que c’est un « taappète ». Le faucon a des positions agressives pour défendre ses intérêts alors que la colombe est symbole de la paix.

Dans ce jeu, la coopération est récompensée, donc chacun a intérêt à donner, très tôt, un signal qui permet à l’autre d’être à l’aise s’il veut éviter le choc.

Macky Sall (conducteur 1); conseil constitutionnel (conducteur 2).

Le Président a commencé par dire qu’il y a deux magistrats du conseil constitutionnel soupçonnés de corruption avant d’activer « ses » députés pour voter une loi mettant en place une commission d’enquête parlementaire; donc le conducteur 1 fonce.

En guise de réponse, le conseil constitutionnel annule aussi bien son décret que la loi votée par l’assemblée nationale. Mais le conseil lance un signal d’apaisement en lui demandant de fixer une date dans les meilleurs; une manière de lui laisser ses prérogatives de Président. Donc le conducteur 2 appuie aussi sur l’accélérateur tout en mettant les codes phares pour mieux attirer l’attention du conducteur 1 (Macky).

Malheureusement Macky était au téléphone avec ses conseillers qui lui demandaient de ne pas ralentir et qui lui ont soufflé la mauvaise idée de convoquer un dialogue sur la route. Par coïncidence c’était même sûr une autoroute, à Diamniadio, créant des embouteillages (participants qui n’ont rien à voir avec le processus électoral) qui ont empêché les automobilistes en règle de circuler (les 17 autres candidats validés par le conseil constitutionnel et qui n’ont pas participé au dialogue).

C’est de ce « dialogue » qu’est sortie la date du 2 juin qui dépasse le mandat présidentiel. C’est comme si on doit parcourir plus de kilomètres que la longueur de la route sur laquelle on roule en sens unique !
Malgré l’incohérence flagrante de cette proposition, le PR la soumet au conseil constitutionnel pour avis; c’est une manière pour lui d’appuyer encore sur l’accélérateur.

Voyant que ce conducteur 1 (Macky) n’est pas concentré , le conducteur 2 (Conseil constitutionnel) combine l’effet visuel (les phares) et l’effet sonore (le klaxon) en rejetant la date du 2 juin et en fixant lui-même la date du 31 Mars. C’est seulement en ce moment que le conducteur 1 est revenu à la raison pour enfin ralentir pour fixer une date; le 24 Mars.

Le conducteur 2, se rendant compte qu’il est inutile d’insister a aussi ralenti pour accepter cette date du 24 Mars. Le Sénégal est sauvé, le conseil constitutionnel sauvé, le Président de la république sauvé.
Qu’on soit faucon ou colombe, la paix peut nous profiter.

Pr. Abou KANE FASEG/UCAD

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 96

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *