Société

L’état sénégalais menace les travailleurs grévistes de la SDE

Le gouvernement à travers le ministère de l’Eau et de l’Assainissement profère des menaces contre les travailleurs de la Sde qui sont en mouvement d’humeur pour réclamer au moins 10% du capital de la nouvelle société Eau du Sénégal.

Dans un communiqué parvenu à Dakarecho.com, le ministre Serigne Mbaye Thiam soutient que le Gouvernement constate, avec regret, que les travailleurs de la Sde campent sur leur position intransigeante en exigeant que les 10% du capital consentis aux travailleurs du secteur leur soient intégralement réservés, à eux seuls, en excluant donc leurs collègues de la Sones et de l’Onas quand bien même les trois entités constituent un seul secteur.

Pour Serigne Mbaye Thiam, une telle prétention n’est pas acceptable et la satisfaire permettra certes d’éteindre un feu mais risque d’en allumer d’autres. Le Gouvernement rappelle d’ailleurs que des travailleurs ne peuvent déclencher une grève pour demander une participation au capital d’une société privée de surcroît ; l’employeur aurait pu donc se prévaloir du caractère illégal de cette grève ; malgré cela, le Gouvernement reste disponible et ouvert.

Le ministre de l’Eau et de l’Assainissement dit constater que des actes de sabotage sont opérés à travers notamment l’occupation de sites, la fermeture de vannes, l’arrêt d’installations de traitement d’eau.

Tous ces actes sont destinés, dit-il, à perturber la distribution normale de l’eau et prendre les populations en otage. Des actes que Serigne Mbaye Thiam qualifie de graves.

Ainsi, il prévient les auteurs de ces faits, à quelque niveau de responsabilité qu’ils puissent se trouver, qu’il s’agit là d’actes inacceptables et répréhensibles qui seront considérés comme tels avec toutes les conséquences que cela induit dans un Etat de droit.

Les travailleurs de la Sde décrètent encore 48h
Les travailleurs de la Sde ont engagé un bras de fer avec le ministre de l’Eau et de l’Assainissement. En assemblée générale hier, ils ont réitéré leur détermination à lutter jusqu’à satisfaction de leurs doléances.

Ils ont décrété un mot d’ordre de 48h et accusent le ministre Serigne Mbaye Thiam de manipuler leurs collègues de l’Onas et de la Sones qui n’étaient pas intéressés par des actions.

Aussi, interpellent-ils, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement sur le foncier hérité de la fameuse Sones. Pour ces travailleurs, après la privatisation de la Sones, seuls les travailleurs de la Sones, ont bénéficié du foncier. Ce qui représente un scandale. Ils réclament leurs parts.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 220

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *