Faits divers

Les trafiquants chinois de civelle en France étaient basés au Sénégal

Un juge d’instruction, une magistrate du tribunal de Créteil (Val-de-Marne) et des enquêteurs s’y sont rendus du 27 avril au 2 mai, dans le cadre d’une commission rogatoire internationale. Les investigations progressent sur le continent africain sur les traces de ce poisson, surnommé l’or blanc, en Asie du sud-est.

Des magistrats du tribunal de Créteil se sont rendus au Sénégal du 27 avril au 2 mai 2024 afin de lutter contre le trafic de civelles, une espèce de poisson protégée.

Une opération lointaine, mais fructueuse. Du 27 avril au 2 mai 2024, une délégation envoyée par le tribunal de Créteil (Val-de-Marne), s’est rendue au Sénégal dans un but précis : porter un coup d’arrêt au trafic de civelle, un poisson européen protégé, qui sévit dans le département francilien. Plusieurs interpellations ont eu lieu sur place, nous indique le parquet dans un communiqué.

Une importante saisie en février
Dans cette affaire, il faut remonter au mois de février 2023. Dans un entrepôt du Val-de-Marne, la Direction des opérations douanières françaises (DOD), fait une frétillante découverte : plus de 300 kilos de civelles sont stockés illégalement.

Cette espèce de petit poisson européen est considérée comme protégée, et sa revente en Asie est très lucrative.

La valeur totale du stock saisi est ainsi estimée à plus de 600 000 euros sur le marché noir, précise le parquet. Après cette affaire, neuf personnes avaient été mises en examen, dont cinq placées en détention provisoire.

De nouvelles saisies et interpellations au Sénégal
L’enquête ne s’est toutefois pas arrêtée à ces interpellations, puisqu’une commission rogatoire internationale a été diligentée au Sénégal, lieu d’où pourrait provenir le trafic. Sur place, les magistrats présents ont collaboré avec les autorités locales, afin de mener des perquisitions.

Finalement, les investigations se sont révélées fructueuses. « Plusieurs personnes étaient interpellées et entendues, notamment un ressortissant chinois apparaissant comme haut placé dans la hiérarchie criminelle, contre lequel un mandat d’arrêt international était délivré, et qui pourrait faire rapidement l’objet d’une demande d’extradition par la France », a indiqué le parquet.

Par ailleurs, des perquisitions ont permis de récolter des éléments de preuves et du matériel utilisé pour les viviers illégaux (climatiseurs, purificateurs d’eau, appareils d’oxygénation de l’eau, bassins, congélateurs,…)

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 119

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *