Faits diversSociété

Les agents de TERANGA SÛRETÉ AÉROPORTUAIRE dénoncent les mauvaises conditions de travail.

Ils sont plus de sept cents travailleurs à exercer le métier d’agent de sûreté sur la plate-forme aéroportuaire.

Leur responsabilité est capitale puisqu’ils gèrent les accès d’une bonne partie de l’aéroport, filtrent les passagers et leurs bagages, en plus de garantir la sûreté du trafic aérien et la protection des aéronefs de la compagnie nationale.

Ces travailleurs de l’aéroport Blaise Diagne réclament un mieux être auprès de leur direction. Et c’est aujourd’hui lundi 22 avril qu’ils ont décidé de manifester leur mécontentement en dénonçant les mauvaises conditions de travail.

Face à l’inertie de leur hiérarchie et les démarches syndicales infécondes, ces agents de la TERANGA SÛRETÉ AÉROPORTUAIRE ont décidé d’arborer des brassards rouges et porter leur plaidoirie devant les tribunes.

Ils revendiquent le changement de la convention commerciale vers la convention aéroportuaire plus adéquate, une augmentation considérable des salaires (jugés très indécents au regard des responsabilités et des tâches fournies), des primes de risque, une revalorisation des indemnités de logement, une assurance maladie a 100%, une augmentation des primes XRAY et MPSA, une suppression des 12 h de shift, une prime de responsabilité pour tous, la revalorisation des primes de salissure et le retour du sursalaire.

Dans un premier temps, ces travailleurs disent s’en limiter à cette forme de manifestation d’humeur, autorisée par les lois de ce pays en attendant d’observer les réactions de leurs autorités. Toutefois, ils n’excluent pas de passer à la vitesse supérieure.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 318

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *