Faits divers

Kabirou Mbodj mis en examen à Paris pour viols après le dépôt de plusieurs plaintes contre lui

Âgé de 58 ans, l’homme d’affaires franco-sénégalais est mis en examen pour viols après le dépôt de plusieurs plaintes contre lui. Il est placé sous contrôle judiciaire le temps de l’enquête.

L’homme d’affaires, dirigeant d’une entreprise internationale, a été mis en examen le 13 octobre dernier « du chef de viol à l’égard de quatre plaignantes », dont trois disent avoir été agressées au cours d’une même soirée.

Le mis en cause a été placé sous contrôle judiciaire, a appris ce mercredi BFMTV.com de source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

Dans la nuit du 6 au 7 octobre, Kabirou Mbodj, PDG de 58 ans et cinq amis – un homme et quatre femmes – font la fête dans un restaurant du 4e arrondissement de Paris.

En milieu de soirée, le groupe poursuit les festivités dans l’appartement du riche homme d’affaires, dans le 16e arrondissement. Quelques heures plus tard, une première femme, âgée de 22 ans, décide de rentrer chez elle après avoir été caressée sur les fesses par le propriétaire. L’homme s’oppose à son départ, la bloque sur le palier et la viole, selon le récit de la jeune femme relaté par nos confrères.

Quatre accusations de viol
Un peu plus tard, il rejoint une autre de ses convives dans la salle de bains. La femme, âgée de 23 ans, repousse ses avances et prend la fuite. Il la rattrape sur le palier de l’appartement et la viole à son tour, affirme-t-elle.

En fin de soirée, il ne reste plus qu’une femme au domicile de Kabirou Mbodj. Selon sa version, au moment où elle signifie à son hôte son envie de quitter les lieux, l’homme l’embrasse de force sur le canapé du salon et la viole.

Toutes trois ont déposé plainte et se sont soumises à des analyses médicales pour appuyer leurs dénonciations. Aucun jour d’incapacité de travail (ITT) n’a été prononcé pour la plus jeune femme, celle de 23 ans en a obtenu un, quant à la troisième femme, âgée de 39 ans, deux jours lui ont été accordés.

En garde à vue, le mis en cause a nié toute implication, évoquant même une machination de la part des trois plaignantes, explique son avocat au Parisien.

Dans le cadre des investigations enclenchées à la suite de ces trois plaintes, les enquêteurs du premier district de police judiciaire ont découvert qu’une autre procédure pour viol était déjà ouverte à l’encontre de Kabirou Mbodj.

Dakarecho avec BFMTV

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 119

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *