DéfenseSénégal

Israel Shipyards livrera un troisième navire patrouilleur à Dakar cet été

Les chantiers navals Israel Shipyards ont lancé les essais en mer du troisième navire patrouilleur Shaldag MK II destiné à être remis à la marine sénégalaise au cours de l’été. Dakar poursuit ainsi son ambitieux programme pour renforcer ses capacités de surveillance maritime.

Entre juillet et septembre 2020, la marine sénégalaise se dotera d’un nouveau navire patrouilleur de type Shaldag MK II, le troisième à être livré à Dakar par la société Israel Shipyards, laquelle a procédé dès mars à ses premiers essais en mer.

Les deux premiers bâtiments, baptisés Anambe et Soungrougrou, ont été livrés en 2019. Cette commande s’inscrit dans un important contrat qui comprend au total la livraison de quatre patrouilleurs Shaldag MK II et d’un Shaldag MK V, et également la formation des équipages, la maintenance des navires et le support technique.

D’une longueur de 25 mètres, le Shaldag MK II est un vaisseau de combat, légèrement armé d’un canon de 25 mm Typhoon conçu par Rafael Advanced Defense Systems, qui sera utilisé pour des interventions rapides sur le littoral. Le Shaldag MK V, navire de 32 mètres, sera quant à lui destiné à des missions de surveillance en eaux plus profondes au sein de la zone économique exclusive (ZEE).

Une armada en devenir
Le renforcement des capacités de la marine sénégalaise se concrétisera surtout à l’horizon 2023 avec l’acquisition de trois navires patrouilleurs hauturiers de 62 mètres commandés au chantier naval français Piriou et sa filiale Kership. Ces bâtiments de type OPV-58 lance-missiles, qui seront armés par MBDA, font toujours l’objet d’une compétition entre plusieurs équipementiers et motoristes, notamment Leonardo, Nexeya et MAN Energy Solutions. Mais la pandémie de Covid-19 a retardé l’attribution des appels d’offres.

Piriou s’installe durablement au Sénégal
La maintenance des navires et le transfert de compétences seront assurés par la société Piriou Ngom Sénégal, sa joint-venture avec l’entreprise de services portuaires dakaroise Ngom et Frères. Une manière de se positionner au plus près de la marine sénégalaise, au moment où celle-ci a entrepris de muscler considérablement ses capacités.

La sécurité maritime, enjeu national et régional
Cette montée en puissance est justifiée par la nécessité de protéger les gisements de gaz sénégalo-mauritaniens de Grand Tortue dont l’exploitation, confiée à BP, débutera en 2022.

L’insécurité du Golfe de Guinée liée à la piraterie, aux trafics et aux détournements de pétrole, pousse d’autres Etats de la région à muscler leurs marines. C’est le cas notamment du Ghana, qui a lancé un appel d’offres pour l’acquisition de deux patrouilleurs hauturiers, et du Nigeria qui s’attache à sécuriser son espace maritime à travers le colossal – et très controversé – projet Deep Blue, piloté par la société israélienne Blue Octagon-HLSI 

Africa Intelligence

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 33

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *