EcologieEnvironnementPolitiquePollution

Comment le Sénégal veut-il s’inspirer du SBA de Riom pour collecter ses déchets ménagers ?

Le ministre de l’Habitat sénégalais était à Riom pour constater comment l’arrondissement ramasse, traite et recycle ses déchets. Il ne cache pas sa volonté de s’inspirer de ce modèle pour en faire une politique nationale dans son pays.

Alors que le projet de loi anti-gaspillage vient de commencer son périple parlementaire en France, le Sénégal s’intéresse également à l’épineuse question de la collecte et de la valorisation de ces déchets.

Par l’intermédiaire de Martine Moy, volvicoise d’origine et présidente de l’association Vivre en brousse, le Syndicat du Bois de l’Aumone (SBA), le syndicat pour la valorisation et le traitement des déchets ménagers et assimilés Valtom et la ville de Sandiara, ont décidé de coopérer pour aider la ville sénégalaise à devenir un territoire pilote dans le pays pour la collecte et la valorisation des déchets.

Transition ambitieuse
« En 2017, nous leur avions offerts 370 bacs de collecte, puis à nouveau 800 cette année, en plus d’un camion de collecte », confirme Jean-Claude Molinier, président du SBA.

« En deux ans, les retours sont très encourageants dans notre ville de 35.000 habitants ! C’est pour cela que nous sommes venus à Riom. Pour remercier le SBA mais aussi voir comment ils s’organisent pour ramasser et revaloriser efficacement les déchets. Nous allons clairement nous en inspirer pour mettre en place notre propre politique. Si le succès est au rendez-vous, nous l’appliquerons à l’échelle nationale d’ici deux ou trois ans », affirme Serigne Gueye Diop, maire de Sandiara mais également ministre conseiller du président Macky Sall.

« Ils veulent mettre en place en cinq ans ce que nous avons mis 40 ans à développer. C’est audacieux et nous serons toujours disponibles s’ils ont besoin de conseils », répond Claude Molinier. Serigne Gueye Diop pense qu’il enverra régulièrement ses agents municipaux en formation à Riom.

Abdou Karim Fofana est le ministre sénégalais de l’Habitat, du logement et de l’hygiène publique du gouvernement du président Macky Sall. Il revient sur la situation actuelle de son pays en matière de traitement des déchets.

Comment sont traités les déchets au Sénégal??

« Nous en sommes clairement à la préhistoire dans ce domaine. Nous ne disposons que d’une seule déchetterie de 110 hectares où sont entreposées les 2,5 à 3 millions de tonnes que les Sénégalais génèrent chaque année. Cela doit changer. »

Dans ce cas, comment faire ?

« Notre président a mis en place le plan Promoged, qui souhaite développer en cinq ans l’économie circulaire des déchets en les triant plutôt que de tous les incinérer. Nous allons ainsi ouvrir sept usines de valorisations des déchets et multiplier les points de collectes. Nous sommes ici à Riom pour voir comment les secteurs publics et privés se sont organisés sur ces questions. »

Quels sont les freins que peut rencontrer le Sénégal à ce sujet ?

« Nous allons avoir un gros travail de sensibilisation puisque beaucoup de Sénégalais estiment que ce n’est pas à eux d’aller porter leurs déchets, en déchetterie par exemple. Beaucoup jettent leurs déchets sur leur pas-de-porte. Néanmoins nous allons profiter des conseils du SBA pour changer les mentalités. »

Propos recueillis par Florian Gallant avec La Montagne

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 160

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *