Faits divers

«Boss », le donneur d’ordre de la cocaïne qui faisait peur à tout le monde

Tout ce qu’on sait de lui c’est qu’on le surnomme le « boss ». Mais personne n’ose révéler son identité. 

«Je ne peux pas vous communiquer son nom. Il est dangereux et j’ai peur pour ma sécurité ». C’est avec une tremblante que Said Laghmouri fait cette confidence aux enquêteurs. Pourtant, quelques minutes auparavant, il venait de leur confier qu’il avait été recruté pour prêter main forte à Sean Robert Chapman, le capitaine du navire Adaccious dans lequel les 750 kilogrammes de cocaïne ont été saisis à 120 kilomètres au large de Dakar.

Il leur a même expliqué comment le «boss » l’a instruit de se rendre au Port de Cartelet, en France, où il a rencontré Sean Robert Chapman ; et, comment de la France ils ont fait route ensemble vers le Port d’Agadir au Maroc où ils sont restés une semaine avant de rallier la Gambie.

«En Gambie, nous sommes allés en haute mer récupérer la cocaïne sur un bateau plus grand que le nôtre dans lequel se trouvait quatre personnes. Nous avons récupéré 30 paquets. Après le transbordement, John Silos a rejoint notre bateau. C’est Sean qui communiquait avec le boss à l’aide d’un téléphone satellitaire. Il l’appelait le « boss » ».

Malgré l’instance des enquêteurs sur l’identité du « boss » , ce célibataire dont la dernière adresse était le 34, Rue Petit à Clichy (banlieue parisienne), fait le mort. « Ces gens sont très dangereux » lâche-t-il, la peur au ventre.

Pourtant l’homme qu’il présente dans son récit, comme étant John Silos, s’appelle en réalité John Glenn Edgar. Ce Surinamien, originaire de Paramaribo (la capitale) habitait jusque-là à Rotterdam.

Il a quitté la Hollande le 14 octobre dernier pour se rendre à Paramaribo. Ensuite, il s’est rendu au Brésil. De là, il a pris un bateau avec pour ordre de rejoindre le navire de Sean Robert Chapman qui voguait entre le Sénégal et la Gambie. De qui venait cet ordre ? « D’un ami ». Il n’en dira pas plus sur l’identité de cet individu qui lui a demandé de rejoindre Sean Robert Chapman.

Cet Ecossais, qui se dit pêcheur, est d’après tous les témoignages le seul membre de l’équipe qui était en contact permanent avec le «boss ». «J’ai été contacté par des gens en Ecosse qui ont sollicité ma collaboration afin que j’aille récupérer de la marchandise en haute mer. J’ai quitté la France avec Said Laghmouri pour venir au Maroc. Ensuite nous sommes allés en Gambie et de la Gambie nous sommes allés en haute mer où un autre bateau nous a livré le colis contenant de la cocaïne », confesse-t-il.

Il ajoute : «Après avoir récupéré la marchandise, avant qu’on ne puisse appareiller, la police espagnole nous a arrêté avant de nous livrer à la marine sénégalaise. Je reconnais être le propriétaire du bateau et je suis celui qui est allé récupérer la drogue en haute mer entre la Gambie et le Sénégal. Je recevais des instructions du boss qui m’indiquait la conduite à tenir. Mon bateau a eu un problème technique mais le boss m’a envoyé un autre bateau à notre rescousse ».

Interrogé sur l’identité du boss, Sean prend peur comme le reste de son équipe : «Je ne connais pas son nom. Je ne peux pas vous dire son nom ». Lorsque les enquêteurs insistent, il leur répétera, au moins une dizaine de fois : «Je ne peux pas répondre à votre question ».

Avec Libeonline

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 116

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *