Faits diversPolitique

Affaire Barthélémy Dias, maire de Dakar : le délibéré renvoyé après les élections législatives

– Le maire de Dakar Barthélémy Dias sera fixé sur son sort le 21 septembre.

Le maire de Dakar Barthélémy Dias ne sera édifié sur son sort dans l’affaire du meurtre, pour lequel il avait été condamné en première instance, qu’après les élection législatives du 31 juillet 2022.

En effet, le tribunal de Dakar, qui devait rendre son verdict le 18 mai, a finalement décidé de délibérer le 21 septembre.

Condamné en première instance en février 2017 à une peine de deux ans de prison, dont six mois ferme, pour coups mortels, coups et blessures volontaires et détention illégale d’arme, Dias, au moment du jugement député dissident de la majorité présidentielle, avait interjeté appel pour, dit-il, laver son honneur.

Lors de l’audience en appel en mars 2022, le parquet avait appelé à l’infirmation du verdict rendu en première instance et à la requalification des faits.

Une peine de cinq ans ferme avait ainsi été requise contre l’actuel maire de Dakar.

« On ne peut pas parler de légitime défense dans ce dossier parce qu’ils n’ont pas démontré que Barthélémy Dias a reçu des coups. Il n’a pas aussi été démontré que les visiteurs avaient des armes », avait justifié Fatou Omar Ndiaye, représentante du parquet, dans son réquisitoire.

La partie civile avait, elle aussi, demandé la requalification du délit en meurtre et le versement de 150 millions francs CFA (253 mille dollars environ) en guise de dommage et intérêts.

« Je n’ai aucun regret, parce que ce jour-là, j’ai vu la mort, je l’ai senti dans ma chair. Ma vie a de la valeur. Si on m’attaque encore de cette manière, je vais refaire la même chose (…) Je suis là pour laver mon honneur. Quelle que soit votre décision, je resterai maire de Dakar », avait affirmé le tonitruant opposant Dias à la barre.

La défense avait plaidé non coupable et demandé en conséquence l’acquittement.

L’affaire de meurtre contre Dias remonte à décembre 2011. Des nervis aux ordres supposés de dignitaires du parti démocratique sénégalais (PDS) d’Abdoulaye Wade, en ce temps président de la République, avaient attaqué la mairie de Mermoz Sacré Cœur.

Dias, maire de la commune en ce moment, avait répliqué en usant d’armes à feu. L’un des malfaiteurs, Ndiaga Diouf en l’occurrence, avait succombé après avoir été atteint par balle.

Barthélémy Dias avait, par la suite, été élu député en juillet 2012 sous la bannière de la nouvelle coalition présidentielle dont son parti le PS est un allié. Il a, par la suite, quitté les socialistes après des années de confrontations en interne pour finalement Takhawou Sénégal de l’ancien maire de Dakar et socialiste Khalifa Sall révoqué de la mairie en 2019.

C’est avec cette formation ayant noué une alliance avec le Pastef (Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité) et d’autres partis autour de Yewwi Askanwi (YAW) que Dias a été élu maire de Dakar cette année.

Cette coalition est engagée pour les législatives du 31 juillet, mais devra faire, a priori, sans une liste départementale pour Dakar. Sa liste a été rejetée par la direction générale des élections pour défaut de parité (cinq des sept candidats proposés sont des hommes).

YAW compte, cependant, déposer un recours au conseil constitutionnel pour opérer une régularisation.

Alioune Ndiaye

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 219

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *