AfriqueBurkina FasoInternational

Trois diplomates français déclarés «persona non grata» et expulsés du Brkina Faso pour «activités subversives»

Les trois diplomates ont été déclarés «persona non grata» et priés de quitter le territoire sous 48 heures. Une décision qui ne repose «sur aucun fondement légitime», a réagi le Quai d’Orsay.

Trois diplomates français, dont deux conseillers politiques à l’ambassade de France à Ouagadougou, ont été déclarés «persona non grata» pour «activités subversives» et priés de quitter le Burkina Faso, nouveau signe de la vive tension existant entre ce pays et la France.

Ces trois diplomates «sont déclarés persona non grata sur le territoire du Burkina Faso, pour activités subversives», écrit le ministère burkinabè des Affaires étrangères dans une note adressée à l’ambassade de France à Ouagadougou dont l’AFP a obtenu copie jeudi. Ils «sont priés de quitter le territoire du Burkina Faso dans les prochaines 48 heures», précise la note datée de mardi.

«La décision des autorités burkinabè ne repose sur aucun fondement légitime. Nous ne pouvons que la déplorer», a déclaré jeudi à Paris Christophe Lemoine, porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, qui a également jugé «infondées» les accusations portées à l’encontre des Français.

Le 1er décembre dernier, quatre fonctionnaires français – des agents du renseignement selon les autorités burkinabè, des techniciens de maintenance informatique selon une source diplomatique française – avaient été arrêtés à Ouagadougou, puis mis en examen deux semaines plus tard et incarcérés, selon la source française. Ils se trouvent aujourd’hui en résidence surveillée, selon des sources sécuritaires du Burkina.

Un an auparavant, en décembre 2022, le gouvernement burkinabè avait expulsé deux Français qui travaillaient pour une société burkinabè, soupçonnés par les autorités d’être des espions.

Relations dégradées
Les relations entre la France et le Burkina n’ont fait que se dégrader depuis l’arrivée au pouvoir en septembre 2022 par un coup d’État – le deuxième en huit mois – du capitaine Ibrahim Traoré. Quelques mois après son arrivée au pouvoir, Ouagadougou avait dénoncé en mars 2023 un accord militaire de 1961 avec la France, après avoir obtenu le retrait des forces françaises.

L’ambassadeur de France à Ouagadougou, rappelé après le coup d’État, n’a pas été remplacé depuis. Le Burkina Faso a également suspendu plusieurs médias français dont Le Monde, Radio France internationale, France 24, Jeune Afrique, et LCI.

Dans sa volonté de diversifier ses partenariats, le Burkina Faso s’est notamment rapproché de la Russie. Outre le renforcement des relations sécuritaires, la Russie a également promis de construire une centrale nucléaire au Burkina.

Le régime militaire burkinabè s’est également rapproché de ses deux voisins, le Mali et le Niger, eux aussi gouvernés par des militaires issus de coups d’État en 2020 et 2023 et qui ont également décidé de couper leurs liens avec l’ex-puissance coloniale française et de diversifier leurs partenariats, en particulier avec Moscou.

Les trois pays font face depuis plusieurs années à des attaques jihadistes récurrentes de groupes liés à Al-Qaïda et l’État islamique. Au Burkina seul, elles ont fait quelque 20.000 morts civils et militaires et environ deux millions de déplacés depuis 2015.

Ces pays se sont regroupés au sein de l’Alliance des Etats du Sahel (AES), qui a fait part de son intention de créer une force armée conjointe pour combattre les groupes jihadistes. Ils ont également quitté la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), accusée d’être inféodée à la France et de ne pas les avoir soutenus dans la lutte anti-jihadiste.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 499

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *