DiasporaFaits divers

Son frère planifie le vol des 230.000.000 FCFA à Dubaï avec sa copine et part à Dakar

Dans une affaire digne d’un film hollywoodien, un plan audacieux a été élaboré depuis Dubaï pour voler 230.000.000 FCFA (environ 350.000 euros) avec la complicité de deux amoureux : I.C*. et M.S*.

L’histoire débute avec les problèmes financiers de M.S., qui après avoir dilapidé l’argent issu de la vente de la maison familiale à Dakar lors de virées à Dubaï, se retrouve en difficulté lorsque sa famille réclame leur part de l’héritage.

Ne pouvant expliquer la disparition de l’argent, M.S. se confie à son amant I.C. à Dubaï. Ensemble, ils montent un plan pour voler 230.000.000 FCFA qui devaient arriver de Dakar au « bureau de change » géré par le frère de M.C., du nom de I.C*.

Un plan machiavélique
Pour brouiller les pistes, I.C. feint un séjour à Dakar, bien qu’il ait déjà fourni à M.S. tous les renseignements nécessaires pour accéder au « bureau de change ». I.C. fabrique à M.S. les doubles des clés ainsi que les codes et plans d’accès du bureau et de l’immeuble a Deira. Un plan minutieusement orchestré.

M.S. entre ensuite en contact avec une Égyptienne chargée de « récupérer » l’argent du coffre du « bureau de change » pendant la nuit. Le lendemain matin, M.C. découvre avec stupéfaction que l’argent a disparu sans aucune effraction visible.

Enquête Policière
M.C. dépose une plainte au poste de police de Naif. Les enquêteurs visionnent rapidement les vidéos de surveillance, certaines dotées de reconnaissance faciale améliorée par l’intelligence artificielle. Ils remarquent une femme « blanche » identifiée plus tard comme étant la complice égyptienne de M.S. Grâce aux caméras de surveillance omniprésentes à Deira, y compris dans les ascenseurs, la police la suit jusqu’à son appartement.

Confrontée aux preuves vidéo, l’Égyptienne finit par avouer et désigne M.S. comme la commanditaire, elle-même en liaison avec I.C., le frère du gérant M.C., qui se trouve alors à Dakar.

Après des enquêtes approfondies, M.S. et sa complice égyptienne sont appréhendées et condamnées à six mois de prison pour leur rôle dans ce vol. Les autorités récupèrent l’intégralité de l’argent volé. Les deux femmes reçoivent également une interdiction définitive de séjour aux Émirats Arabes Unis.

Pour M.C., le gérant, un autre problème persiste : il doit prouver qu’il ne s’adonnait pas à des activités de blanchiment de capitaux. En effet, son « bureau de change » opérait sans licence, et il effectuait des transactions illégales entre le Sénégal, Dubaï, la Chine, et d’autres destinations pour le compte de gros commerçants.

Les 230.000.000 FCFA sont actuellement entre les mains de la justice, en attendant la résolution des enquêtes sur les activités illégales potentielles du « bureau de change » non déclaré.

Cette histoire rocambolesque souligne la complexité des relations humaines et les tentations financières dans un monde globalisé, où les liens familiaux et amoureux peuvent parfois conduire à des situations inattendues et dramatiques.

*Les noms des personnes impliquées ne seront pas divulgués

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 188

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *