InternationalSociété

L’Europe épingle le Sénégal pour pratiques illicites à quelques mois de la fin des accords de pêche

La Commission européenne a adressé un « carton jaune », en guise de premier avertissement, à l’encontre du Sénégal en raison de ses pratiques de pêche jugées illicites, alors même qu’un accord de pêche entre le pays et l’UE expire en novembre.
Jugé  pays non coopératif  dans la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, la commission européenne a adressé un avertissement au Sénégal, mardi 28 mai. Une première remarque qui annonce au pays de possibles sanctions si la  non-conformité  persiste, a prévenu l’Europe dans un communiqué. Un carton rouge, en somme, pouvant aller jusqu’à l’interdiction d’exporter des produits de la mer sénégalais vers l’UE.
 Un dialogue formel  sera entamé avec le nouveau président Bassirou Diomaye Faye, qui a déjà commencé « à remédier aux lacunes », pour lui laisser la possibilité  remédier à la situation dans un délai raisonnable . Bruxelles pointe toutefois du doigt des  défaillances dans les dispositifs de suivi, contrôle et surveillance  pour les navires battant pavillon sénégalais dans les eaux extra-territoriales et pour les navires étrangers au port de Dakar, et des  exportations illégales du Sénégal vers l’UE , compromettant la fiabilité du système de traçabilité sur lequel repose la certification des produits de pêche, rapporte l’AFP.
Fin des accords de pêche avec l’Europe en novembre
Dès son investiture en avril, avril, Bassirou Diomaye Faye a pris la question au séreux en demandant un « audit du pavillon sénégalais » ainsi que  l’évaluation des accords et licences de pêche  conclus avec des États tiers. Une priorité puisque celui avec l’Union européenne, en vigueur depuis 2019, prend fin en novembre et doit donner lieu à une évaluation de la part de la Commission avant l’ouverture de nouvelles négociations.
L’UE, premier importateur mondial de produits de la mer, applique depuis 2010 une réglementation stricte contre la pêche illicite, avec notamment une certification des captures destinées au marché européen, rappelle l’AFP.
Depuis 2012, la Commission a émis plus de 25  cartons jaunes  à des pays tiers et adressé des cartons rouges à huit États (Belize, Cambodge, Comores, Guinée, Sri Lanka, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Cameroun, Trinité-et-Tobago). Tous ont été placés sur liste noire. Parmi ces pays, le Belize, la Guinée et le Sri Lanka ont réalisé les changements requis pour sortir de la liste noire.
Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 520

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *