Faits divers

Ils importaient des Range Rover volés depuis l’Essonne pour les envoyer en Afrique

Ils importaient des Range Rover volés pour les envoyer en Afrique : trois suspects incarcérés

Un trafic international de 4×4 volés vient d’être démantelé par les policiers de l’Essonne au terme d’une longue enquête. Les auteurs importaient des véhicules dérobés en Italie, Belgique, Espagne, pour les revendre sur le marché africain.

C’est le genre d’affaires qui revient régulièrement dans l’actualité : le trafic des voitures volées, envoyées ensuite en Afrique pour y être revendues, est monnaie courante. Cet automne en Essonne, une équipe de malfaiteurs, qui opérait un peu partout dans la région, a ainsi pu être démantelée. Mais la dernière enquête menée par la DCT (division contre la criminalité territoriale) du 91 laisse entrevoir une structure encore plus développée que la première, aux ramifications… internationales.

Lundi 13 mai dernier, une opération de police « cueille » 4 hommes en Essonne et ailleurs en Île-de-France.

Tous sont soupçonnés d’appartenir à un réseau criminel de trafic de voitures volées. Pendant de longues semaines, les agents de l’unité d’atteinte aux biens, avec le concours de la BAC (brigade anticriminalité) de Massy-Palaiseau, ont suivi leurs faits et gestes.

Les investigations ont mis à jour des allers-retours incessants entre l’étranger et la région parisienne. Les auteurs, chacun à leur tâche, réceptionneraient des véhicules dérobés dans les pays frontaliers : Italie, Belgique, Pays-Bas, Espagne…

Cible principale des malfaiteurs : les 4×4 Range Rover, très cotés sur le marché. Les Toyota Rav4 et des SUV Lexus font aussi partie du trafic.

« Après les avoir ramenés en Île-de-France, les véhicules étaient envoyés en Afrique pour être remis sur le marché », expose une source policière. Soit le même schéma que les autres affaires similaires traitées ces derniers mois…

2,5 millions d’euros de préjudice
Après une longue phase d’enquête, vient donc l’heure des arrestations. Les perquisitions des policiers s’avèrent payantes : pas moins de 25 véhicules déclarés volés sont récupérés et mis en fourrière. Préjudice total au vu des prix du marché : 2,5 millions d’euros.

Sur les 4 suspects, 3 sont finalement déférés au tribunal judiciaire d’Évry-Courcouronnes. Ils ont entre 30 et 50 ans, certains déclarent une adresse à l’étranger. On ignore leur éventuel passif judiciaire.

Tous les trois ont été mis en examen pour « vol en bande organisée » et « recel d’un bien provenant d’un vol en bande organisée », puis placés en détention provisoire.

L’enquête est désormais entre les mains d’un juge d’instruction, sous la forme d’une information judiciaire.

Avec Thomas Diquattro/LeParisien

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 119

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *