AfriqueInternationalSciences

Des pays africains demandent l’élaboration d’un traité international et des sanctions contre la biopiraterie

Les 190 membres de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une organisation des Nations Unies basée en Suisse, travaillent actuellement à l’élaboration d’un traité international et de sanctions contre la biopiraterie.

Il s’agit d’une pratique consistant à prélever du matériel génétique végétal dans les pays en développement et à le breveter abusivement. Les négociations pour le nouveau traité ont commencé il y a plus de 20 ans et devraient être terminées pour le 24 mai. 

À la demande de plusieurs pays africains, le nouveau traité obligera les entreprises à partager avec les pays en développement les bénéfices qu’elles réalisent sur le matériel génétique « volé ». Les entreprises seront également soumises à des contrôles plus stricts lorsqu’elles demanderont un brevet.

La provenance du matériel génétique sera examinée, tout comme la présence des licences nécessaires.

« Le groupe africain demande un traité international qui reconnaisse et protège les droits souverains des États membres sur leurs savoirs traditionnels et les ressources génétiques qui y sont associées », a déclaré le représentant du Kenya au nom du groupe de pays.

Avec ce nouveau traité, l’OMPI vise à empêcher les brevets injustifiés.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 506

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *