Dakar-Echo

« Macky Sall, un monstre dangereux », dont il faut se débarrasser selon Ousmane Sonko

« Macky Sall, un monstre dangereux », dont il faut se débarrasser selon Ousmane Sonko

Après le succès retentissant du concert de casseroles qu’il a initié mercredi soir sur l’étendue du territoire national, Ousmane Sonko, le chef de file de l’inter coalition Yewwi-Wallu était, hier, face à la presse pour remercier les populations pour leur mobilisation exceptionnelle et se livrer à son sport favori : clouer au pilori le président Macky Sall, certains magistrats pyromanes à ses yeux et les forces de sécurité et de défense au service exclusif, selon lui, de la mouvance présidentielle.

Le leader du Pastef, Ousmane Sonko, a fait face à la presse hier au lendemain des concerts de casseroles organisés sur l’étendue du territoire national à son appel. Une occasion pour la tête de liste nationale recalée de la coalition Yewwi Askan wi de remercier et féliciter vivement le peuple pour sa mobilisation exceptionnelle lors de cette soirée qu’il estime historique.

« Nous voulons dire au Sénégal et aux amis du Sénégal que notre pays vient de vivre une journée historique avec une nouvelle forme de lutte qui a donné pleine satisfaction. Nous félicitons ce peuple digne et fier, adossé sur des valeurs et des principes. Nous n’allons pas pour autant abandonner les autres formes de lutte parce que nous avons en face de nous un monstre nommé Macky Sall qui n’est plus lucide », a-t-il attaqué.

« Macky Sall, un monstre dangereux », selon Sonko
Ousmane Sonko, qui a comparé le premier magistrat du pays au machiavélique docteur Hannibal Lecter du thriller américano-britannique de Ridley Scott, a lancé un appel aux forces de défense et de sécurité afin qu’elles ne suivent pas aveuglément Macky Sall dans ce qu’il appelle « sa folie » du pouvoir.

« Je lance un appel à notre armée nationale. N’acceptez pas que Macky Sall et le général Moussa Fall vous manipulent et vous fassent faire n’importe quoi. Macky Sall ne respire, ne mange et ne dort que pour son projet de 3e mandat. Il est esseulé, ses anciens compagnons lui ont tourné le dos, il n’a que des thuriféraires avec lui. (…) Être avec Macky Sall n’est pas une fin en soi, mais le suivre dans sa folie n’a aucun sens. Hier, il s’est bunkerisé à Mermoz avec 7 chars de combat. Cet homme est devenu un danger dont il faut se débarrasser», a-t-il encore martelé.

Des arrestations ciblées
Abordant les prochaines élections législatives, Ousmane Sonko s’est dit convaincu que le président de la République ne veut pas, à 16 mois de la présidentielle, aller aux élections avec Yewwi Askan wi. C’est ainsi, à l’en croire, qu’il a orchestré des arrestations ciblées avec notamment Cheikh Abdou Mbacké Bara Dyoli à Mbacké, un département qui compte 350 000 électeurs pour un enjeu de cinq députés, et Ameth Aidara, qui a défait le jeune frère du chef de l’Etat dans un département de 195 000 électeurs. Il en serait de même pour Mame Diarra Fam à Pikine avec plus de 300 000 électeurs et la tête de liste départementale de YAW à Ziguinchor, l’activiste Guy Marius Sagna, et le mandataire national de la coalition Déthié Fall.

A ces arrestations devait s’ajouter, selon Ousmane Sonko, celle du maire de Dakar, Barthélemy Dias, si toutefois celui-ci avait mis le nez dehors vendredi dernier. Le but étant, toujours selon Ousmane Sonko, de compromettre leur participation aux élections du 31 juillet prochain.

« Macky Sall a fait de ces élections une affaire de vie ou de mort. C’est ainsi que le ministre de la Justice, Malick Sall, qui ne voulait pas que les jeunes magistrats prennent le dossier a demandé un report pour une audience spéciale afin de confier le dossier au juge Ba, président du tribunal de Dakar qui est un faucon de Macky Sall, ou à une de ses ouailles afin qu’il entre en voie de condamnation de principe contre nos camarades avec l’article 34 qui les dépouillera de leurs droits civils.

Nous n’allons pas regarder faire Macky Sall, nous allons faire face à sa justice !», a soutenu le leader du Pastef. Toujours dans le domaine de la justice, Ousmane Sonko, qui a traité les juges du Conseil constitutionnel de «pyromanes » et le procureur de la République, Amady Diouf, de parquetier « dans sa bulle », a rendu un vibrant hommage aux courageux jeunes magistrats qui sont encore debout et au service exclusif du Droit.

Pour Ousmane Sonko, le franc succès du concert des casseroles a poussé certains symboles les plus achevés de la Françafrique, comme Albert Bourgi, à monter au créneau pour donner, effrontément, des leçons au peuple sénégalais en lui reprochant de tourner le dos à Macky Sall. Cet aveu d’échec illustre, selon lui, la grandeur de ce peuple digne, fier et convaincu.

« C’est ce même peuple qui s’est adonné au concert de casseroles qui était au Palais pour fêter les Lions champions d’Afrique. Le Sénégal amorce un nouveau tournant et personne ne viendra lui voler ce nouveau départ. Ni à l’interne, ni à l’externe », a encore déclaré Ousmane Sonko. Pour autant, le maire de Ziguinchor ne veut pas fêter le succès de son mot d’ordre de concert de casseroles.

« Nous sommes en deuil. Plus de 200 manifestants ont été arrêtés et torturés dans les locaux des services de sécurité. Ils ont infiltré la police avec les recrutements que nous connaissons. Que le peuple reste mobilisé. Si nous lâchons parce qu’il y a de l’intimidation ou de la médiation, nous serons tous morts. »

Le chef de file de l’intercoalition Wallu-Yewwi Askan Wi, faisant référence au corps de Idrissa Goudiaby, mort lors du rassemblement interdit du 17 juin, que même les dépouilles mortelles sont retenues prisonnières par le régime de Macky Sall.

Partager Facebook Twitter Pinterest LinkedIn WhatsApp

Articles similaires

Laisser un commentaire