Dakar-Echo

Le PIB réel au Sénégal en repli de 2,2 % au premier trimestre de l’année 2022

Le PIB réel au Sénégal en repli de 2,2 % au premier trimestre de l’année 2022

Le produit intérieur brut (PIB) réel, corrigé des variations saisonnières (CVS) à enregistré au premier trimestre de l’année 2022, une baisse de 2, 2 % comparativement à son niveau du trimestre précédent, a indiqué l’Agence nationale de la statistique et de la démographie.

‘’Au premier trimestre de l’année 2022, le Produit Intérieur Brut (PIB) réel, corrigé des variations saisonnières (CVS), s’est replié de 2,2%, par rapport au trimestre précédent’’, souligne la structure dans une note consacrée aux évolutions récentes de l’économie sénégalaise.

Le document rendu public mardi note que ce résultat était consécutif à la régression des valeurs ajoutées des secteurs secondaire (-8,3%), et tertiaire (-0,3%).

Sur la même période, les taxes nettes de subventions sur les produits ont également fléchi de 5,6%, relève le rapport consulté à l’APS.

L’ANSD fait remarquer que la baisse du secteur secondaire était liée au recul de l’activité dans la quasi-totalité des sous-secteurs tels que le raffinage du pétrole et cokéfaction (-88,8%), les activités extractives (-15,4%), la fabrication de produits chimiques de base (-14,7%), la fabrication de produits agro-alimentaires (-10,9%) et la fabrication de ciment et d’autres matériaux de construction (-7,3%).

S’agissant de la baisse de la valeur ajoutée du secteur tertiaire, elle est due à la contre-performance des sous-secteurs des services d’hébergement et de restauration (-41,5%) et des activités financières et d’assurance (-0,5%), rapporte la source.

Elle signale toutefois que la baisse de la valeur ajoutée du secteur avait été atténuée par la progression des activités domestiques (3,1%), des autres activités de services (3 %) et des activités immobilières (1,9%).

En ce qui concerne le secteur primaire, il est noté une hausse de la valeur ajoutée de 3,7%. Une augmentation liée aux performances des secteurs de l’agriculture (5,1%) de l’élevage (1,3%) et de la sylviculture (0,8%), dans une moindre mesure, fait-on savoir.

Au premier trimestre 2022, le sous-secteur de la pêche s’est contracté de 2,2% en raison de la diminution des débarquements de la pêche industrielle en quantité (-1,2%), peut-on lire dans le rapport.

Il fait savoir que sous l’angle de la demande, un accroissement de 0,5%, en variation trimestrielle de la consommation finale et un repli de la FBCF (-0,7%) ont relevés, alors que les importations et les exportations de biens et services se sont contractées respectivement de 0,4% et de 6,3%.

Articles similaires

Laisser un commentaire