Dakar-Echo

Benno Bokk Yakaar, la fin d’un cycle

Benno Bokk Yakaar, la fin d’un cycle

Après l’ivresse des soirées victorieuses, Macky Sall et sa coalition entament la fin d’un cycle électoral marqué par 10 ans de succès. Après l’apogée de 2019, 2022 marque le début du déclin.

Et maintenant ? Si Macky Sall a fait du chemin en 10 ans au pouvoir, il lui reste à affronter l’avenir avec un peu d’angoisse. En écoutant les résultats des Législatives, il devait avoir l’air déconfit, la mine un peu abattue… En attendant que la Commission nationale de recensement des votes rende ce jeudi aux coalitions leurs copies, les résultats de ces Législatives closent un cycle électoral victorieux pour Benno et son leader.

Si le premier tour de la Présidentielle 2012 fut un essai concluant, il arrive au pouvoir grâce à sa persévérance, la spontanéité de sa candidature, son enthousiasme et sa fraîcheur… Et il enchaîne les succès électoraux à la tête d’une coalition électorale inédite, qui regroupe le Ps, l’Afp, la Ld, le Pit,… plus d’autres partis satellites de l’Alliance pour la République. Sûr de sa force, il improvise un référendum qu’il gagne. Il récupère le département de Dakar lors des Législatives de 2017, après l’avoir perdu lors des Locales de 2014.

Avec une majorité absolue à l’Assemblée nationale, il gouverne tranquillement, échafaude des projets d’envergure…

C’est la période d’enchantement. L’adhésion est générale. En 2019, il remporte la Présidentielle au premier tour. C’est l’apogée du projet Sall. Le quinquennat est réglé comme du papier à musique, avec ses points d’orgue et ses succès et aussi ses soupirs.

Car, les équilibres vont être secoués par des évènements inattendus avec la survenue brutale du coronavirus et les émeutes de mars 2021. Il y a eu des moments de correction avec la levée des mesures restrictives prises pour contenir la propagation du Covid-19, le lancement du programme Xeeyu ndaw ni. En apparence, ces décisions n’ont pas calmé la grogne des jeunes désœuvrés et lassés par la perte de leurs emplois. Il ne vacille pas, mais se rend pas compte que les relations avec une partie de la population sont devenues fraîches.

Alors que les résultats des Locales dans les grands centres urbains annoncent le début de la fin d’un cycle électoral glorieux. Bien meilleurs que prévus, les scores de l’opposition à Dakar, Guédiawaye, Ziguinchor, Pikine, Thiès en janvier dernier permettent surtout de commencer à dessiner les contours d’une cohabitation.

Pari réussi ! Personne n’y croyait quand l’opposition avait donné le mot d’ordre : qui aurait pu s’imaginer que Yaw aurait fait son nid dans les départements de Saint-Louis et Thiès lors des Législatives ?

Alors que Bby chute inexorablement dans les votes annonçant le début du déclin, finalité de tout projet construit avec une vision et des promesses. Sans qu’il y ait une forme de discours de dramatisation de la situation, les résultats de janvier ont installé une mauvaise ambiance dans la mouvance présidentielle. Car, le Président Sall a préféré maintenir le statu quo dans ses rangs.

Quelle mouche a piqué Macky, à qui plusieurs victoires électorales avaient pourtant appris à garder la tête froide, à rester sourd à ces signes annonciateurs d’une rupture avec l’électorat surtout jeune ? A ce stade, il n’avait pas mesuré que les réalités sociales étaient devenues pesantes sur les ménages en dépit du renoncement à certaines taxes pour soulager les chefs de famille. Aux Législatives, l’ennemi est resté la hausse des prix, l’usure du pouvoir,… qui ont perdu le pouvoir.

Pour Bby et son chef, le sérieux du travail de l’Administration et la transparence du scrutin resteront néanmoins des motifs de satisfaction et de confiance dans la solidité des institutions sénégalaises pour ces élections. Après le temps de la déroute électorale et de la désespérance.

Bocar Sakho

Articles similaires

Laisser un commentaire