Dakar-Echo

Me Wade prêt à donner sa vie pour pouvoir manifester

Me Wade prêt à donner sa vie pour pouvoir manifester

WadeL’ancien président de la République a sévèrement mis en garde son successeur à la tête du pouvoir sur l’interdiction de manifestation politique.

Lors d’une déclaration de presse, à la suite de son déplacement forcé à la place de l’Obélisque où devait se tenir le meeting interdit de son parti, Abdoulaye Wade a déclaré être prêt à donner sa vie pour le respect du droit de manifester.

Que le régime de Macky se le tienne pour dit ! L’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade ne tolérera plus l’interdiction d’un rassemblement public de son parti. Face à la presse, ce samedi 31 janvier, Me Wade qui venait de forcer le barrage de la police pour se rendre à la place de l’Obélisque où devait se tenir un meeting interdit de son parti, a promis de mener la vie dure au régime en place.

Indiquant que c’est lui qui a institué dans la Constitution le droit de meeting, de réunion et de marche, le leader du Pds a notamment déploré la «violence des forces de l’ordre sur des militants qui ont décidé de transgresser la décision d’interdiction de leur meeting».

«Le droit de meeting, de réunion, le droit de marche, c’est moi qui l’ai institué dans la Constitution du Sénégal. C’est l’expression d’une liberté fondamentale au Sénégal et dans tous les pays démocratiques. Depuis plus de deux ans, le gouvernement de Macky Sall nous refuse toute réunion ou toute marche. Dans quel pays démocratique avez-vous vu cela ?»

«JE VAIS LUI FORCER LA MAIN»

Lors de ce face-à-face avec la presse, le secrétaire général national du Pds a réaffirmé son engagement à continuer les manifestations si jamais, la liberté de marche continuait de lui être refusée. «Je ne refuse pas de dialoguer avec Macky Sall.

Mais s’il refuse de dialoguer, je vais lui forcer la main, quitte à ce que je perde la vie», a déclaré l’ancien chef de l’Etat, tout en précisant : «Je ne veux pas entrer dans un gouvernement, même si j’en ai la capacité physique et intellectuelle. Le pouvoir, c’est fini pour moi».

Annonçant sa participation au prochain rassemblement prévu le mercredi 4 février prochain, l’ancien opposant des régimes de Senghor et Diouf a indiqué par ailleurs qu’il en appelera à l’armée nationale, si jamais la liberté de marche continue de lui être refusée afin qu’elle le «départage » avec son successeur.

Sur son forcing de l’après-midi, le leader du Pds a indique qu’il est investi d’une mission populaire pour sauver les Sénégalais. «J’ai agi de la sorte parce que d’abord, je suis sénégalais. Je suis en plus investi de la confiance populaire pour avoir été un bon président de mon peuple.

Quand je suis arrivé au Sénégal, trois millions d’individus ont attendu des heures pour me recevoir, puis cinq millions m’ont accueilli à Touba. C’est alors que j’ai décodé le message du peuple, et je croyais que Macky Sall, à son tour, le décoderait…»

«JE VAIS REMETTRE MACKY À SA PLACE»

L’ancien président de la République a également fustigé la sourde oreille de son successeur face aux multiples appels de certaines personnalités en faveur de la libération de son fils Karim Wade. Face donc à cette situation qu’il qualifie par ailleurs de manque de considération, Me Wade n’a pas manqué de s’engager à remettre son successeur à sa place.

«Le président Ouattara lui a dit plusieurs fois de libérer Karim Wade, de même que le président Sassou Nguesso et le président Ali Bongo du Gabon mais il ne fait que promettre, des promesses qu’il ne tient jamais ».

Poursuivant, il a ajouté : «le Khalife Serigne Sidy Moctar Mbacké a déclaré que Karim est son fils et son disciple, mais Macky Sall fait la sourde oreille. Au lieu de donner suite à la demande du Khalife général, Macky Sall lui a manqué de respect quelques jours plus tard en des termes irrespectueux, en disant personne ne peut faire pression sur moi.

Il ne fait que manquer de respect aux chefs religieux, mais je le jure au nom de Dieu, je vais le remettre à sa place». Me Wade finira par lancer ainsi un appel à tous les Sénégalais à prendre part au rassemblement de mercredi prochain durant lequel il va délivrer un discours sur «l’Etat de la Nation».

Nando Cabral GOMIS

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire